Publicité
La Lettre des Achats - Février 2005 N°125
Février 2005

Management

Dossier

Développement durable : des achats éco-compatibles ?

Les articles

Développement durable : des achats éco-compatibles ?

Normes environnementales et écolabels
L'essor des notations

Union européenne
L'industrie passe au vert

France
Des contraintes environnementales pour les entreprises

Développement social
Vers des achats plus éthiques

Mairie d'Angers
Des achats éco-responsables

International
L'âge d'or de l'environnement

La CDAF à l'étude
Un référentiel pour le développement durable

Déchets industriels
Les trois catégories

Traitement des déchets
Un marché en forte progression

Dématérialisation : pourquoi la facture électronique doit intéresser les achats

Facture
Au coeur de la relation commerciale

Europe
Les barrières légales sont tombées

EDI
Une alternative pour le zéro papier

GE Factorance
A l'avant-poste de la dématérialisation

Témoignages

Zeev Flath Consultant associé, 2C Management
« La maîtrise des risques n'a pas de prix »

Jacques Barrailler Directeur des achats groupe, Alcan
« Intégrer l'environnement dès la conception du produit »

Frédéric André Responsable des achats et de l'environnement, Delipapier
« Une majorité de nos fournisseurs est certifiée ISO 14001 »

Vincent Roubertie Chef du département achats, Cogema Logistics
« Nous mettons en place une cartographie des risques »

Jean-Michel Coulon Directeur des achats, Michelin
« Protéger l'industrie de la gomme naturelle »

Frédéric Baverez Directeur réduction des coûts et achats, Suez
« Prendre en compte le coût total d'usage des produits »

Dirk Boon Coordinateur environnement, Volvo 3P et Jean-Marc Lanne Secrétaire général des achats, Volvo 3P
« Anticiper en permanence la législation environnementale »

Ludo Graulus IT manager, VCST Belgique
« Des factures dématérialisées à l'échelle européenne »

Philippe Vandel Directeur des ventes e-services, Guilbert – Office Dépôt
« La dématérialisation fiscale est un gain pour nos clients »

Florent Boyeldieu Responsable des achats, MTK
« Plusieurs clients nous demandent la dématérialisation en EDI »

Dématérialisation : pourquoi la facture électronique doit intéresser les achats

Points-clés

Dématérialisation
Les dix points-clés

Interviews

Jean-Paul Laude - Secrétaire général des achats, Crédit Lyonnais
« L'intégration de nouveaux fournisseurs est facilitée »

Alexandre Scheer - Responsable du contrôle de gestion et des SI achats groupe, Galeries Lafayette
« 60 millions d’euros d’achats sont dématérialisés »

Jean-René Laplace - Responsable du département e-business, Total
« Nous avons dû prolonger la phase pilote »

Par la rédaction

Développement social

Vers des achats plus éthiques

Le terme de développement durable comporte aussi une composante sociale importante. Dans cet esprit, certaines entreprises sont certifiées SA 8000. Gérée par une ONG américaine, cette norme est basée sur les conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT), la Déclaration universelle des droits de l’Homme et la Convention  des Nations Unies sur les droits de l’Enfant. Pour les entreprises, il s’agit de prendre en considération les critères suivants : travail des enfants, travail forcé, hygiène et sécurité, liberté syndicale et droit de négociation collective, discrimination, pratiques disciplinaires, temps de travail et rémunération.
Au moment de la sélection des fournisseurs, quelques entreprises, à l’instar de Michelin, posent leurs exigences sociales, comme en témoigne Jean-Pierre Coulon, le directeur des achats du groupe : « Nous vérifions le respect des droits fondamentaux définis par les critères de l’OIT ». Les donneurs d’ordres se renseignent de plus en plus sur les pratiques sociales de leurs fournisseurs, comme le souligne Denis Mulliez, directeur des achats du groupe Seb : « Sur les critères sociaux, nous avons mené une enquête déclarative sur le respect des normes SA 8000 auprès de plus de 50 de nos fournisseurs asiatiques. Nous effectuons des audits sur place lorsque nous n’avons pas de réponses à nos questionnaires ou des réponses douteuses ».

Des audits complexes

Une démarche qui n’est pas toujours simple car elle doit prendre en compte la distance géographique : « Il nous est difficile d’auditer le sous-traitant pakistanais de l’un de nos fournisseurs. Nous voyons donc d’un bon œil l’apparition d’agences de notation permettant la mutualisation des audits », explique Frédéric Baverez, directeur réduction des coûts et achats du groupe Suez. Mais la plupart des sociétés s’en tient à exiger de leurs fournisseurs le respect du droit local, même si celui n’est pas très en avance en matière de droits de l’Homme.
Dans le public, une campagne d’achats publics éthiques a été lancée par le Collectif de l’éthique sur l’étiquette, qui accompagne les fournisseurs dans une démarche d’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, particulièrement dans les pays sans protection sociale. La mairie d’Angers, par exemple, impose à ses fournisseurs de lui fournir   une traçabilité de leurs filières d’approvisionnement.
À noter que les critères sociaux ne concernent pas uniquement les fournisseurs étrangers. Il est aussi possible de faire du développement durable en France, comme le montre François Girard, directeur des achats de Capgemini : « Nous sous-traitons des prestations de service dans des ateliers protégés, avec pour mission la réinsertion socioprofessionnelle des travailleurs handicapés ».

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°287 - Novembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play