Publicité

Par Jean Chabod-Serieis

CAIH

UniHA muscle sa petite centrale d’achat informatique

Créée en 2014 par UniHA et plusieurs fédérations de santé, la CAIH (Centrale d’achat de l’informatique hospitalière) multiplie discrètement ses appels d’offre massifs.

Il y a des naissances plus bruyantes. La CAIH est née en 2014 sans faire de bruit. Pourtant ses parents sont des géants de l’achat public : UniHA a créé cette centrale spécialisée en s’associant à la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP), Unicancer et l’Etablissement français du sang (EFS). Au total, près de 300 établissements se regroupaient à l’occasion d’un marché informatique géant. « Comme l’impact de ce contrat dépassait le périmètre économique d’UniHA et qu’il était original, nous avons souhaité l’isoler, explique Bruno Carrière, directeur général d’UniHA et délégué général de la CAIH. L’originalité résidait dans la gestion financière de l’accord-cadre : l’opérateur n’avait qu’un interlocuteur pour la gestion et le paiement, ce qui lui évitait de faire le tour des établissements ou des fédérations. »

Un potentiel de 40 millions d'euros par an


Aujourd’hui, après deux ans d’existence, ce sont près de 420 000 postes de travail qui sont concernés par cet accord-cadre. Mais la CAIH ne veut pas se résumer à un seul contrat : la jeune centrale lance un nouveau marché concernant cette fois le renouvellement de parc informatique ; les 670 établissements membres sont associés dans ce marché qui reste ouvert à tous les établissements de santé à but non-lucratif. Il est estimé par la CAIH à un potentiel de 40 millions d'euros d'achats par an, avec des prévisions 30 % de gains par rapport aux précédents marchés. Et de nouveaux appels d’offres se dessinent pour 2017, en téléphonie et en hébergement de données.
« Avec la CAIH, détaille Pierre Thépot, président de la CAIH et directeur du centre hospitalier de Moulins-Yzeure (03), l’idée était d’adresser, au-delà d’UniHA, des gains sur achats massifs aux principaux acteurs de la santé. » Mais comment se positionner lorsqu’on se retrouve en concurrence directe avec d’autres centrales d’achat public ? « CAIH est sur des segments comparables au Resah et à l’Ugap et une concurrence pourrait se faire sur le prix ou le service. C’est pourquoi nous nous concentrons sur les sujets informatiques. » Et Bruno Carrière de renchérir : « la vocation de la CAIH, est d’apporter une performance complémentaire, non pas sur des sujets techniques, mais sur des commodités à très gros volumes. Nous ne passerons jamais d’appel d’offres sur des logiciels de gestion des patients mais plutôt sur des logiciels assimilables à des commodités. »
Par exemple, au sein du Groupements hospitaliers de territoires (GHT) dont est membre le CH de Moulins-Yzeure, par exemple, « les quinze acheteurs ont convenu que dès qu’un sujet relèverait de la sécurité informatique, de la téléphonie, des postes de travail, de la logimétrie ou de l’agilité, la CAIH deviendrait porteur du sujet », explique Pierre Thépot. Avec la montée en puissance du numérique (usage et sécurité des données, notamment), les sujets vont souvent relever de la nouvelle centrale à l’avenir.
Portrait
Bruno Carrière, directeur général d’UniHA et délégué général de la CAIH

Par Jean Chabod-Serieis

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play