Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2015 N°234
Janvier 2015

Marchés

Enquête

Acheter en mode marché

Énergie : acheter en mode marché

Témoignage

Fabrice Cambres - Manager achats utilities pour l’Europe continentale - GlaxoSmithKline
« Le gaz à l’international, l’électricité en national »

Eau de Paris
Avancer groupés

La Poste
Orchestrer la transition

Par la rédaction

La Poste

Orchestrer la transition

Les achats de Poste Immo ont anticipé la fin des tarifs, et l’expérience acquise sur le volet gaz est réutilisée en électricité. Le nombre et le maillage des sites compliquent le sujet, tant pour documenter les consommations que pour allotir les marchés.

Sur les 12 000 sites qu’occupent les entités de La Poste, plusieurs milliers sont impactés par la fin des tarifs réglementés. La transition vers le marché s’est faite en plusieurs étapes pour les 4 200 sites consommant du gaz, dont la quasi-totalité a déjà rejoint un accord monté en 2013, portant sur environ 500 GWh annuels. Le volume est équivalent en électricité, réparti sur l’ensemble des sites, mais les trois quarts relèvent de 220 contrats en tarifs Vert et 1 500 en Jaune dont la fin se profile au 31 décembre 2015.
« Les achats avaient investi le dossier en 2007, à une précédente étape de la libéralisation des marchés, lorsqu’un tout nouveau site s’est vu obligé de procéder à une mise en concurrence pour se doter d’un contrat de gaz. Comme la distribution du courrier se réorganisait, avec de nouvelles implantations à la clé, j’avais répondu à ces besoins spécifiques en montant des accords-cadres de cinq ans, puis des marchés subséquents assurant des prix inférieurs aux tarifs de 10 ou 15 % », retrace Valérie Bogard, recrutée à l’époque comme acheteuse au sein de Poste Immo, l’opérateur immobilier du groupe. Une fonction rebaptisée responsable Marché Energie courant 2014, avec une vision plus transverse des enjeux ce qu’illustre son rattachement à la direction stratégie développement durable et énergie.

Anticipation


Au fil des années, ce volet de gaz en offre de marché s’est étoffé, jusqu’à représenter un cinquième des besoins quand la question d’anticiper la fin des tarifs s’est posée, il y a deux ans. Les quatre fournisseurs alors sous accord-cadre ont été consultés pour l’ensemble du besoin, et un contrat de fourniture sur trois ans a été déployé fin 2013, avec une promesse de réduction de prix pouvant atteindre 20 %.
La démarche s’est depuis engagée en électricité en reprenant la même architecture. « Nous sommes en passe de signer les accords-cadres qui définissent le volet technique et les services attendus, qu’il s’agisse de hotline, d’optimisation ou de dématérialisation de factures. Des marchés subséquents seront ensuite montés sur des critères de prix à l’automne 2015 », explique Valérie Bogard. Ce découpage permet notamment de répondre à l’impératif de réactivité quand il s’agit d’acter un prix énergétique.
L’anticipation des échéances était essentielle pour collecter les données de consommation. En gaz, il s’agissait de répertorier les sites, leur volume annuel et leur profil général (besoins en chauffage par exemple). L’électricité exige des données plus précises sur la courbe de charge, indispensables pour documenter l’appel d’offres. Rester dans une logique d’estimation reviendrait à limiter le nombre de fournisseurs susceptibles de se positionner.
« Vu le maillage de nos besoins, une des difficultés tient aux quelques 160 entreprises locales de distribution, actives aux côtés d’ERDF en électricité, ou des réseaux GRT et TIGF en gaz. Certains de ces petits acteurs n’ont pas les systèmes d’information pour remonter ces données, ce qui est susceptible de perturber l’allotissement et la mise en concurrence », explique Valérie Bogard. En gaz, les lots avaient été définis en croisant prisme géographique et découpage tarifaire. Pour l’électricité, c’est l’enjeu de plusieurs mois de travail.


L’électricité embarquée
La Poste a déployé une vaste flotte de véhicules électriques (5 000 voitures, 1 000 quads et 18 000 vélos) dont la recharge représente un volume annuel de l’ordre de 15 GWh. L’un des enjeux est de s’organiser pour ne pas générer d’appels de puissance impliquant de surdimensionner les contrats

En chiffres
La Poste
Courrier, colis, services financiers
Chiffre d’affaires : 22 Mrds d’€
Effectif : 268 500 personnes
Montant des achats : 3,9 Mrds d’€
Achats d’énergie : environ 75 M d’€
Effectif achats : 550 personnes

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play