Publicité

Par la rédaction

en stagnation

Nickel

Malgré les fermetures de capacités de production, le nickel n’enregistre pas de franc rebond. Il gagne moins de 1 % sur le mois. Après un point bas de 8 805 dollars la tonne, le cours du métal du diable est tout de même remonté à 11 475 dollars, mais il avait dépassé les 33 000 dollars il y a un peu moins d’un an. Sa chute avoisine ainsi les 60 %. Les réductions de production se sont pourtant multipliées, avec notamment la récente fermeture par le groupe australo-britannique BHP Billiton de la mine géante de nickel de Ravensthorpe en Australie en raison de la crise économique. En début d’année, Eramet a pour sa part ramené la production dans sa branche Nickel à un rythme annualisé d’environ 50 000 tonnes contre 51 000 tonnes en 2008. Le français a par ailleurs signé une convention pour le développement d’un gigantesque gisement en Nouvelle-Calédonie, estimé à 781 millions d’euros sur la base de 3 millions de tonnes de nickel.

> Voir les archives

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°287 - Novembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play