Publicité
La Lettre des Achats - Février 2017 N°257
Février 2017

Management

Chronique

Conduite du changement
Les espoirs de la transformation digitale

Par Thierry de Cassan

Conduite du changement

Les espoirs de la transformation digitale

Après avoir décrit le mois dernier la « Révolution Internet » des années 90, étudions les espoirs que suscite la « Transformation Digitale ».

Les évolutions liées au digital reposent sur trois accélérations technologiques connexes mais distinctes. D’abord l’explosion de la capacité de traitement informatique, qui autorise une grande puissance d’analyse de données non structurées, de formes et de sources variées – c’est le fameux « Big Data ». Ensuite la miniaturisation qui permet autant aux objets qu’aux humains d’être connectés et ce à des coûts décroissants. Enfin le développement des réseaux à fort débit qui, couplés à l’adoption d’un protocole universel de communication (IP) permet aux objets et aux humains de communiquer où qu’ils soient.

Un impact à la fois sur l’activité et le fonctionnement des entreprises


L’impact sur les entreprises porte d’une part sur leur activité et d’autre part sur son fonctionnement. Certaines activités sont condamnées par la désintermédiation – c’est-à-dire la mise en contact direct d’une entreprise avec son client final ou entre clients entre eux – qu’autorise Internet, d’autres prospèrent grâce à elle – pensons à l’économie de partage. En tout état de cause l’entreprise doit intégrer un possible changement de paradigme dans son modèle d’affaires.
Côté fonctionnement, le lien avec le client se renforce : un marketing « sur mesure », une expérience client enrichie. Côté production, l’industrie 4.0 consacre la numérisation de l’usine c’est-à-dire la mise en réseau des équipements et de leur pilotage grâce aux objets connectés. Les Achats doivent évoluer et apprendre à exercer leur métier sur des champs nouveaux, en ligne avec la stratégie de l’entreprise. Mais leur fonctionnement est aussi touché.

Des espoirs pour réallouer les ressources sur des achats plus stratégiques


Les Achats avaient pu enfourcher en premier dans l’entreprise la révolution internet avec l’adoption d’outils e-achats en SaaS. Rappelons-nous l’effet des premières enchères inversées dans l’entreprise ! Avec la transformation digitale, pas de révolution dans l’immédiat. Seulement beaucoup d’espoirs pour pouvoir allouer plus de ressources achats sur ce qui crée le plus de valeur pour l’entreprise et pour mieux piloter la dépense.
Est-ce que la puissance des outils permettra de connaître précisément sa dépense sans trop contraindre les utilisateurs ou sans mobiliser une armée de nettoyeurs de données ? L’ergonomie des outils d’e-procurement est en deçà ce que les sites d’e-commerce offrent : pourra-t-on permettre à un client interne d’exprimer oralement son besoin où qu’il soit et serons-nous en mesure de lui proposer automatiquement des solutions – qu’elles soient dans un catalogue ou sur une place de marché externe ? Pourrons-nous proposer automatiquement aux clients internes des solutions plus performantes que celles qu’ils utilisent en se fondant sur l’analyse fine des articles qu’ils achètent d’habitude ?
De nombreuses tâches d’approvisionnement sont encore à faible valeur ajoutée – revue d’une demande d’achat, mise en concurrence simple de fournisseurs référencés, etc : saura-t-on les automatiser et réallouer nos ressources ? Les places de marché professionnelles se développent rapidement : doit-on leur confier tous les achats de classe C, laisser la main aux utilisateurs pour se concentrer sur les catégories les plus stratégiques ?
Enfin, les Achats sont amenés à travailler toujours plus en matriciel : l’avènement des réseaux sociaux d’entreprise facilitera-t-il la collaboration au sein d’équipes multifonctionnelles dont les membres sont dispersés ?
Au total, la « transformation digitale » suscite des espoirs plus qu’elle ne propose des solutions. Elle accompagne l’évolution du métier vers plus de création de valeur : plus d’analyse des données pour un meilleur pilotage de la dépense et pour des stratégies plus pertinentes, plus d’automatisation pour plus de focalisation sur les catégories stratégiques et plus de collaboratif pour une meilleure intégration dans le business. Compte tenu de son alignement avec les besoins d’évolution du métier la transformation digitale aura sans doute une marque encore plus profonde sur les Achats que la révolution interne.

thierry.de.cassan@tolson-consulting.com
www.tolson-consulting.com

Par Thierry de Cassan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°290 - Février 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play