Publicité
La Lettre des Achats - Février 2017 N°257
Février 2017

Par Guillaume Trécan

GRT Gaz

Les entreprises innovantes ont désormais un point d’entrée

Le Challenge Open Innovation de l’entreprise produit déjà ses premiers effets, avec le développement, en février, des premières solutions issues de fournisseurs innovants. Un prochain appel à projet sera posté en mars sur la plate-forme web d’open innovation, développée à cette occasion.

L a direction des achats de GRT Gaz a finalisé en janvier ses premiers contrats avec l’impressionnante moisson de six entreprises innovantes que le Challenge Open Innovation organisé l’an dernier lui a permis de récolter. Des accords répartis à parts égales entre contrats de co-développement, contrats de prestations et contrats de recherche.
Les premières solutions développées à la suite de ces appels à projet vont voir le jour en février. D’autres concrétisations, nécessitant encore quelques phases de recherche, ou au moins d’apprentissage, prendront un peu plus de temps.
Conduit par la direction des achats et la mission Innovation du groupe basée au sein de la
direction technique, ce Challenge Open Innovation qui s’est déroulé d’avril à septembre 2016 marque d’une pierre blanche l’ouverture du groupe aux apports d’innovation externe. Il a notamment permis à GRT gaz
de se doter d’un outil web dédié à l’innovation ouverte. « De ce projet est née l’idée d’instaurer un processus continu en s’appuyant sur une plate-forme web développée avec le Comité Richelieu, qui constituera un point d’entrée pour les start-ups, les PME et les pôles de compétitivité, explique le directeur achats, approvisionnements et logistique,
Philippe Richard. Ils peuvent par ce biais nous proposer des idées et nous pouvons poster de nouveaux appels à projet. Cela nous permet de connecter la démarche d’Open Innovation avec notre propre processus d’innovation interne. » Le groupe va déposer un prochain appel à projets en mars et de nouvelles propositions ont déjà été recueillies

Un événement fondateur


Loin d’être un événement isolé, le Challenge Open Innovation, qui marque peut-être le début d’une nouvelle ère pour le groupe, est aussi le fruit d’un long cheminement dont les premiers jalons ont été posés fin 2013. Le sujet de l’innovation avait alors été soulevé lors de la convention achats du groupe, puis six mois plus tard des Discovery Days avaient été organisés pour amorcer le principe des business revues orientées innovation avec les fournisseurs. L’idée du Challenge Open Innovation est alors née courant 2014 pour aller au-delà des 200 premiers fournisseurs du groupe.
« Un certain nombre de problématiques de GRT Gaz ne trouvaient pas de solutions satisfaisantes, en interne par l’intermédiaire de ses experts, ou en externe par le processus achats traditionnel. Il nous est donc apparu nécessaire de réinventer la façon dont nous sollicitions  le marché de l’offre et d’ouvrir beaucoup  plus l’entreprise sur l’extérieur », rappelle Philippe Richard.
Deux ans de préparation n’auront pas été de trop pour poser les bases du succès du Challenge Open Innovation. Un succès qui s’est concrétisé par 154 propositions émises par 115 entreprises débouchant sur 25 soutenances devant jury et en définitive six des sept appels à projet du groupe qui ont trouvé une réponse.
Conduite par Mathilde Delignou, coordinatrice achats projet et responsable de la mission Challenge Open Innovation, cette phase d’avant projet a débuté par un benchmark destiné à identifier les facteurs clefs de succès. « Cela nous a permis de saisir l’importance du choix des appels à projet et la nécessité d’associer les experts de chaque domaine dès la genèse des Challenges. Pour pouvoir mettre en œuvre une solution proposée, il faut d’abord s’assurer qu’elle corresponde à un besoin et que ce besoin est réellement stratégique pour l’entreprise. Il faut aussi que l’entreprise soit prête à travailler avec des start-ups et des PME, ce qui implique un travail en amont sur l’adaptation du process du donneur d’ordres et le mode de contractualisation », complète Mathilde Delignou.

Une voie parallèle au processus achats classique


« Nous nous sommes positionnés dès 2014 en dehors de notre processus achats », tranche Philippe Richard. Dans le cadre de son travail avec la direction juridique sur des modes de contractualisation adaptés, la direction achats a limité sa vigilance à quelques grands principes : éviter la dépendance, limiter les risques pour la start-up en facilitant son désengagement, lui assurer par l’allotissement une trésorerie suffisante. Et puis instaurer la confiance : donner de la visibilité, de la clarté dans le mode de contractualisation et aucune revendication sur leur propriété intellectuelle.
Pour identifier les thématiques d’appels  à projet, les consultations en interne sont allées bien au-delà des départements achats et industrie, jusqu’aux directions support telles que l’informatique, les RH, la communication... Afin de garantir l’engagement du groupe  à mettre en œuvre les solutions proposées, un sponsor de haut niveau a été désigné pour chaque sujet, ce dernier s’impliquant dans la définition de l’appel à projet, son lancement, sa validation, le jury et la mise en œuvre  des solutions retenues.
Une autre clef de la réussite du Challenge a bien sûr été la mobilisation de l’écosystème des entreprises innovantes. Pour recueillir un maximum de candidature, le groupe s’est appuyé sur ses délégués régionaux et Mathilde Delignou a effectué une dizaine de réunions d’information en Île de France et en province. Elle s’est aussi entourée de partenaires tels que des pôles de compétitivité, des incubateurs et le Comité Richelieu, qui a prêté main forte pour l’élaboration du site web développé pour poster les appels à projet et recueillir  les réponses. Pour soumettre leur proposition, les candidats n’avaient à répondre qu’à trois questions : « en quoi votre solution répond-elle au besoin ? » ; « quelles sont les prochaines étapes pour l’industrialiser ? » ; « comment avez-vous entendu parler du Challenge ? ». Chaque candidat avait en plus la possibilité d’inclure des pièces jointes dans son dossier en ligne.
Intégrés dans les jurys, les partenaires spécialistes de l’innovation qui ont aidé GRT gaz  à promouvoir le Challenge, ont permis au groupe de réellement sortir des sentiers battus. « Leur apport a été décisif pour éviter les choix sécurisant, trop proches de ce que nous connaissions déjà », reconnaît Philippe Richard.
Ainsi, au-delà du fait d’avoir diffusé dans toutes les strates du groupe l’idée qu’il est nécessaire de recourir à des apports d’innovation externe, l’une des grandes réussites du Challenge est finalement d’avoir permis aux Achats de créer un canal d’accès à de nouveaux fournisseurs jusqu’ici totalement hors de son radar. Moins de 9 % des propositions recueillies ont émané  de fournisseurs du panel et la plupart des lauréats ne travaillent pas dans le secteur  de l’énergie.
En chiffres
GRT Gaz
Transport de gaz naturel
Chiffre d’affaires : 1,956 Md d’€
Effectif total : 2 959 personnes
Montant des achats : 950 M d’€, dont 2/3 d’achats industriels et 1/3 d’achats tertiaires
Effectif achats et logistique : 100 personnes, dont 50 acheteurs

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play