Publicité
La Lettre des Achats - Mars 2009 N°170
Mars 2009

Tendances

Chronique

Les achats soumis à la question

Par François-Charles Rebeix fcrebeix@lettredesa

Les achats soumis à la question

Difficile d’échapper à la crise. D’ailleurs, ce ne sont plus les résultats de l’année 2008 qu’il convient de citer si l’on veut se faire une idée de la situation mais ceux du quatrième trimestre. La baisse est quasi générale. Peu de secteurs d’activité sont épargnés. Voici donc ce mois-ci un dossier spécial… crise. Il fallait bien tenter d’y voir plus clair parmi tous les leviers possibles aux achats. Mais ne faudrait-il pas parler plutôt de… recettes, tant les réponses amorcées paraissent timides face aux défis qui s’annoncent ?

Résumons-les : à court terme, renégocier prix et contrats avec les fournisseurs, à moyen terme, reprendre les spécifications des produits et/ou des services proposés, enfin, à long terme, revoir l’ensemble des processus SRM (désolé pour cet anglicisme…) et améliorer la capacité d’anticipation des entreprises. Pourtant, à relire ces propositions, beaucoup jureraient que toutes les fonctions achats dignes de ce nom travaillaient depuis longtemps sur ce dernier mode. La réalité n’aurait-elle pas été un peu enjolivée ? Sans doute. Mais toutes les organisations ne révèlent pas au même moment des mêmes niveaux de maturité. La chute brutale de l’activité a pris tous les modèles au dépourvu. La vague des plans de relance dictés par des États sommés de remédier aux maux qu’ils ont laissé se développer ne lasse pas d’interpeller. Mais si beaucoup dénoncent aujourd’hui pêle-mêle les limites de la régulation par le marché, du libéralisme ou encore de la mondialisation, se souviendront-ils qu’ils ont peut-être aussi, dans un passé récent, dénoncé les échecs – voire les faillites retentissantes – d’États entrepreneurs ou banquiers ? En tout cas, quel État pourrait se passer de méthodes gestionnaires ayant fait leurs preuves… dans le privé ? Si la dépense publique est ouvertement sollicitée pour venir à la rescousse d’une économie au ralenti, les efforts accomplis parallèlement pour globaliser ses achats et en réduire les montants sont à souligner. Le pli est pris au plus haut niveau, qui limitera les risques de dérapage.
Jamais autant les achats n’auront été interrogés. Vous lirez dans ce numéro quelques enquêtes rapides conduites pour évaluer leurs attitudes face à la crise (voir l’enquête Accenture CPO Circle et EBG). Il y a là encore des réponses vertueuses (travail sur les spécifications, les organisations ou les systèmes d’information), des réponses « limites » (revoir des conditions contractuelles en cours d’exécution) ou encore contradictoires. Ainsi, ces patrons d’achats qui doivent réaliser des économies plus importantes tout en élargissant leur périmètre achats avec des effectifs en baisse. Les achats seraient-ils prêts à tout ?
Pour y voir plus clair, nous avons nous aussi lancé notre propre questionnaire en ligne : « Achats, que faites-vous face à la crise ? » C’est une opération conduite par La Lettre des Achats en collaboration avec la Cegos. Nous avons déjà enregistré près de 250 réponses. Vous avez reçu notre courriel. Mais si vous n’avez pas encore fourni votre contribution, replongez dans votre messagerie, retrouvez notre envoi du 12 février dernier et répondez en ligne. Vous serez de surcroît invité(e) à une restitution publique. Le débat va se poursuivre ! Merci de votre participation !

Par François-Charles Rebeix fcrebeix@lettredesa

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°287 - Novembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play