Publicité

Par la rédaction

Service des achats de l’État

Le privé comme modèle

Après une très longue attente, le service des achats de l’État (SAE) vient de voir le jour, avec à sa tête un directeur issu du secteur privé.

Il s’agit de Jacques Barrailler (56 ans, Centrale Paris), auparavant vice-président des achats basé au siège social d’Alcan à Montréal, qui a aussi occupé des fonctions de direction des achats pour Pechiney et Aventis Pharma. À l’échelle interministérielle, le montant des achats visé s’élève à 10 milliards d’euros sur la partie fonctionnement. L’effectif comporte 35 personnes, porté à terme à 55 ou 60 personnes.
« Nos objectifs consistent notamment à définir les stratégies sur les segments mutualisables entre ministères et à positionner le SAE comme opérateur de certains de ces segments pour l’État », note Jacques Barrailler. Qui met également en avant, parmi ses objectifs, la professionnalisation des équipes. « Nous sommes soutenus par une véritable volonté politique de modernisation de l’État », reprend Jacques Barrailler, qui est directement rattaché à Éric Woerth, ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique. Ce dernier voulant faire du SAE l’équivalent du service achats d’une entreprise privée. À noter enfin que Jean-Baptiste Hy, jusqu’ici à la tête de l’Agence des achats des ministères financiers et qui avait impulsé un grand nombre de démarches achats, devient directeur adjoint du SAE.


Service des achats de l’État

Montant des achats à couvrir :
10 milliards d’euros
Effectif achats :
35 personnes, 60 personnes à terme

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play