Publicité
La Lettre des Achats - Septembre 2018 N°274
Septembre 2018

Tendances

Événement

Jaggaer REV International
La satisfaction client d’abord, l’IA en ligne de mire

SYNERTRADE DPS
Une ambition de taille mondiale

Par Guillaume Trécan

Jaggaer REV International

La satisfaction client d’abord, l’IA en ligne de mire

Après un premier événement à Las Vegas en avril, l’éditeur Jaggaer a célébré son mariage avec Pool4Tool et BravoSolution en présentant une offre à trois branches à Munich fin juin : Jaggaer Direct, Jaggaer Indirect et Jaggaer Advantage.

Un an après le rachat de Pool4Tool et six mois après celui de BravoSolution, le PDG de l’éditeur américain Jaggaer, Robert Bonavito, a réuni à Munich les 25 et 26 juin près de 400 clients d’Europe, d’Afrique, du Moyen Orient et d’Asie pour officialiser le rassemblement sous une même bannière de ses trois solutions : Jaggaer Direct, Jaggaer Indirect et Jaggaer Advantage, ex BravoAdvantage de BravoSolution. Un changement de nom qui risque de prendre un certain temps à être intégré par ses clients français, dont même les plus récents continuent à faire référence à BravoSolution, qu’il s’agisse par exemple d’UniHA (voir la LDA n°273), d’Atalian ou encore de la SNCF et du groupe Eiffage, qui avaient répondu présents à l’invitation de Munich.

Objectif : multiplié la taille par deux


Au-delà de l’officialisation de la constitution d’une suite complète de solutions de gestion des dépenses, cet événement était aussi l’occasion de rappeler la superficie du groupe désormais constitué, qui emploie 1 100 personnes, opère dans 70 pays, compte 1 900 clients dans le monde et se fixe pour objectif de doubler sa taille dans les trois à cinq ans à venir. La satisfaction de ses clients européens, qui génèrent actuellement 60 % des revenus aura son importance dans l’atteinte de cet objectif.
Parmi eux l’un des plus importants clients de Jaggaer, le groupe Siemens, dont le directeur des achats Klaus Staubitzer, a exposé sa feuille de route SI achats. Avec près de de 40 milliards d’euros d’achats annuels à gérer et 7 000 personnes sous sa responsabilité le directeur achats du géant industriel allemand s’efforce de tenir un engagement fondamental vis-à-vis de sa direction : « apporter à l’entreprise au moins quatre fois plus de valeur que ce qu’elle a investi dans la fonction achats ». Ses axes de création de valeur étant la réduction de coûts, l’apport d’agilité et la création de business. Mais la route qui mène à la création de valeur par les Achats est longue et, pour Klaus Staubitzer, elle passe par les outils numériques. « Nous devons nous développer vers le stade de la création de valeur et prendre un rôle de chefs d’orchestre, mais pour cela nous devons digitaliser nos process », confesse-t-il, rappelant au passage son « besoin d’une solide base de données ».
D’où l’implémentation du projet SCM STAR de digitalisation du processus Source to Contract avec Jaggaer. Son déploiement doit prendre en tout trois ans : en 2017, le passage de trois à une seule solution, la conduite du changement et de la formation ; en 2018 les améliorations fonctionnelles et l’approfondissement des usages (stratégies de sourcing, gestion des fournisseurs et contract management) ; et en 2019 l’intégration de la solution aux plates-formes ERP, de gestion de projets et PLM.

Facilité la vie des acheteurs


Pour Klaus Staubitzer, la suite logique de ce processus passera par l’intégration d’une dose d’intelligence artificielle. Il y en aura notamment dans le Digital Supplier Companion, dont le rôle fondamental est de « rendre la vie plus facile pour les acheteurs », un tableau de bord regroupant des données de qualification, d’évaluation des fournisseurs, ou encore de risques, « un système auto apprenant qui affine ses recommandations au fur et à mesure l’usage », précise Klaus Staubitzer. En s’appuyant sur les données techniques détenues par le groupe et les informations rassemblées par les acheteurs sur les inducteurs de coûts, le directeur des achats du groupe entend également développer une fonctionnalité de modélisation du coût de ses produits.
Sur la feuille de route technologique de Jaggaer l’intelligence artificielle figure en bonne place, comme l’explique le directeur technologique, Zia Zahiri : « L’intelligence artificielle n’est pas nouvelle, mais elle a besoin d’être nourrie avec des données. Nous travaillons sur l’acquisition de données depuis plusieurs années et la deuxième étape maintenant consiste à être capable de combiner ces données pour pouvoir comparer différents scénarios de sourcing. La troisième étape consistera à être capable de faire des recommandations. » En matière d’intelligence artificielle, les développements sur lesquels travaillent Jaggaer sont variés : moteurs de recherche, classification de données, moteur de recommandations, optimisation des clauses contractuelles, assistants personnels, notation et évaluation des réponses fournisseurs et des sourcing.

SRM, e-sourcing et tableaux de bord


Pour ce qui concerne les fonctionnalités plus classiques de ses solutions, le programme pour l’année 2017 comprend des travaux sur la gestion des fournisseurs (segmentation et catégorie management, des indicateurs de performance et risques améliorés…), sur la partie sourcing (collecte et évaluation des offres), sur la gestion des contrats et sur la classification de données et tableaux de bord.
Pour beaucoup de clients présents à Munich, ce sont en effet principalement sur ces modules de gestion des dépenses et de gestion des relations fournisseurs qu’il s’agit pour l’instant de se concentrer. C’est en effet la position exprimée par le groupe Bühler, dont les directeurs achats et supply chain se sont vu remettre un prix Vision Excellence par l’éditeur. Spécialiste de la transformation de matières premières (agricoles et industrielles), le groupe suisse Bühler réalise 2,67 milliards de francs suisses de chiffre d’affaires et 1,22 milliard de francs suisses d’achats. En 2017, le directeur des achats Hansjörg Ill a dû faire face à une augmentation de 10 % de son volume d’achats à effectif constant, soit avec 300 personnes aux achats. Il va sans dire que la digitalisation du processus achats était indispensable pour gagner en productivité. Entre 2017 et 2020 le montant des Achats va passer de 1,2 à 1,5 milliard de francs suisses. Dans le même temps, le groupe prévoit de réduire le nombre de ses catégories de 46 à 20 et le nombre de ses fournisseurs de 8 000 à 2 500.

Des gains d’efficacité pour les acheteurs


Entre-temps, il aura implémenté Jaggaer dans ses dimensions e-sourcing, e-procurement, décisionnels et gestion de la supply chain. Un projet porté par une « Business Excellence Team » de huit personnes qui vise à permettre aux acheteurs d’effectuer leur travail avec plus d’efficacité. « Notre objectif est de gagner du temps pour nos projets importants, en particulier la gestion des relations fournisseurs et d’aider nos business units à être plus compétitives. »
Les attentes d’Hansjörg Ill à l’égard de Jaggaer : le développement conjoint d’un catégorie management performant, la prise en compte par l’éditeur des contributions apportées par Bühler en phase de préparation, une plus grande concentration sur les modules stratégiques tels que la gestion digitale du catégorie management, une élaboration conjointe des développements à venir en matière de digitalisation de la supply chain management et enfin la construction d’une plateforme de partage d’expérience entre entreprises intéressées.
Le big data viendra peut-être ensuite, mais à condition de ne pas perdre de vue ces attentes de clients qui ont encore beaucoup à apprendre de leurs dépenses et de leurs fournisseurs avant cela.

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°278 - Janvier 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play