Publicité
La Lettre des Achats - Février 2005 N°125
Février 2005

Marchés

Dossier

La carte d'achat toujours au banc d'essai

Article

La carte d'achat toujours au banc d'essai

Périmètre d'achat
Un large spectre de dépenses

K-BUY
La carte pour des achats non catalogables

Les atouts de la carte d'achat
Des gains qualitatifs

Témoignages

Patrick Dupont Directeur développement b to b, Ingenico
« Nous développons trois solutions conduisant à l'interopérabilité »

Alain Genet Chef du bureau politique, de soutien et des achats, DGA
« Étendre le nombre de cartes de 25 à 150 »

Michèle Biarrotte Responsable du développement des achats, Bristol Myers Squibb
« Les fournisseurs sont payés sous quatre jours »

Henry Alexandre Directeur adjoint de l'Agence centrale des achats, Minéfi
« La carte d'achat permet une dématérialisation complète »

Christelle Daven-Foucher Responsable du lancement de la carte d'achat, groupe Nestlé
« Réduire les achats sauvages et la charge administrative »

Patrick Deplaix Responsable e-commerce, Radiospares
« Un lien entre e-commerce et carte d’achat »

Lien Nguyen Dinh Chef des projets transverses b to b, Groupe Louvre Hôtels
« De la carte d’achat à la dématérialisation fiscale »

Interviews

Ghislaine Mihoub - Responsable du service finances-budget, Ville de Meudon
« Les porteurs de carte sont responsabilisés et valorisés »

Par la rédaction

K-BUY

La carte pour des achats non catalogables

Une société comme K-Buy, prestataire de solutions d'e-procurement, a eu l'idée de proposer la carte d'achat pour des achats hors catalogue. En effet, les achats catalogables, réglables par carte d'achat, couvrent en moyenne 15 % du montant des achats et 25 % des commandes pour les frais généraux d'une entreprise. Mais le principal problème concerne les achats hors catalogue (pharmacie, droguerie locale, petites interventions d'un électricien, etc.), représentant 5 % du montant des achats de frais généraux mais 40 % des commandes en moyenne. Ils sont donc la première source de coût administratif. Édouard Videgrain, directeur de l'activité K-Supply pour K-Buy, explique le processus : « Nous collectons les factures du fournisseur, saisissons les données, puis notre système émet une facture électronique au client ». K-Buy n'a à ce jour qu'un seul client, Thales, pour cette nouvelle solution, mais table sur un accroissement de la demande. « Les entreprises s'équipent toutes de catalogues électroniques pour réaliser des économies. Elles vont avoir besoin de faire progresser leur solution d'e-procurement verticalement, en dématérialisant les factures et le paiement pour les achats catalogue. Horizontalement, elles doivent intégrer les solutions d'e-procurement interfacées avec la carte d'achat pour les achats hors catalogue », conclut Édouard Videgrain.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play