Publicité
La Lettre des Achats - Novembre 2017 N°265
Novembre 2017

Management

Chronique

Conduite du changement
Esprit (d’équipe)…. Es-tu là ?

Par Thierry de Cassan

Conduite du changement

Esprit (d’équipe)…. Es-tu là ?

« Seul on va plus vite. Ensemble on va plus loin ». C’est très vrai. Mais l’esprit d’équipe exige une vraie discipline dont il est important de connaître les règles.

Un silence respectueux se fait dans la salle de réunion. Voilà deux jours que le comité de direction de cette société de services travaille sur ses orientations stratégiques. A l’agenda maintenant, le fonctionnement du Codir et les améliorations à y apporter. C’est alors qu’un des participants arrive à dire qu’il peine à trouver sa place dans l’équipe, en raison des grandes difficultés auxquelles il est confronté dans sa BU. Aussitôt, celui qui semblait le plus « perso » de l’équipe lui demande comment il peut l’aider. Ce moment touchant révèle la transparence de l’équipe, le niveau de confiance des uns envers les autres et leur cohésion. C’est une équipe qui va gagner.
Le chemin pour arriver là est long, car l’esprit d’équipe ne se décrète pas. Vous pouvez en faire une des valeurs clefs de l’entreprise et l’imprimer sur tous les posters qui ornent ses couloirs, cela ne suffit pas.

Comment un manager peut-il susciter l’esprit d’équipe ?


L’esprit d’équipe, c’est le lien entre les membres d’un groupe qui les pousse à agir pour le bien de tous au-delà de l’intérêt individuel. Développer l’esprit d’équipe au sein d’une entreprise, c’est faire que chacun agisse pour que le groupe atteigne ses objectifs, en s’aidant mutuellement, en reconnaissant la valeur de la contribution de l’autre, en coopérant systématiquement.
L’animer incombe en tout premier lieu au manager. Charge à lui de porter une vision qui parle à toute l’équipe et qui suscite l’envie. Il doit aussi s’assurer que les rôles, les responsabilités et les objectifs sont clairs et bien compris de tous et que les règles de fonctionnement sont bien appliquées. Il doit aussi définir les rituels qui feront que l’équipe échangera de manière efficace, en définissant l’objet de chacune des réunions régulières - par exemple : une réunion hebdomadaire de suivi des chantiers, une réunion mensuelle, plus longue, pour aborder des sujets transverses et structurants. L’agenda est envoyé à l’avance et préparé. Il distingue ce qui est du ressort de l’information, de l’échange ou de la décision. Pendant la réunion, chacun s’emploie à respecter son timing en aiguisant son écoute et en s’exprimant de manière courte et concise. Les décisions importantes sont prises ensemble.

Quels comportements individuels le facilitent ?


Tout n’incombe toutefois pas au manager. Ne serait-ce que parce qu’une équipe n’a pas toujours un manager, comme, par exemple, une équipe multifonctionnelle travaillant sur un projet de réduction de coûts. Là encore, l’expression claire d’un objectif bien partagé est fondatrice du succès de l’équipe. Ensuite, chacun doit se sentir responsable du succès du projet. L’équipe n’est pas une somme d’expertises mais un ensemble dans lequel chacun se sent coresponsable. Cela suppose d’accepter et même d’inciter les suggestions des autres sur « son » domaine.
Manager ou non, l’esprit d’équipe suppose une liberté de parole et une confiance mutuelle qui se construisent pas à pas. Règle numéro un : se dire les choses. Le non-dit est destructeur : c’est le terreau de l’agressivité, des amertumes et de la méfiance. Il ne suffit pas que le manager encourage l’échange pour qu’il se produise efficacement. La qualité de la communication entre membres de l’équipe est garante de sa cohésion. En ce sens, l’exercice des principes de la « communication non-violente » est un réel bienfait. Ceux-ci, fondés sur l’empathie, l’authenticité et la responsabilité, permettent aux membres de l’équipe de « se dire les choses » avec assertivité. Quelques autres règles bien connues vont dans le même sens : ne jamais parler dans le dos d’un membre de l’équipe, en cas de conflit ne faire appel à l’arbitrage du manager qu’en dernier recours.
L’esprit d’équipe ne se construit pas à coups de sessions de saut à l’élastique ou autres « team building ». C’est un travail de tous les jours délicat et essentiel. 

thierry.de.cassan@tolson-consulting.com
www.tolson-consulting.com

Par Thierry de Cassan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°276 - Novembre 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play