Publicité
La Lettre des Achats - Février 2005 N°125
Février 2005

Tendances

Actualités

États-Unis - Kentucky
Une ligue pour les achats

Déchets industriels dangereux
Une nouvelle mission pour l’acheteur

Vensys
Des achats entre France et Bulgarie

SNR Roulements
Des achats localisés en Roumanie

Investissements
Des acheteurs impliqués

ECA
Pays à bas coûts et standardisation

Patrick Rafin - Directeur des achats France, Schneider Electric
« Faire entrer le sous-traitant dès la conception du produit »

États-Unis
US Communities fédère les achats

AMUE
Aider les universités dans leurs achats

Caroline du Nord
Des enchères partagées pour les municipalités

Solihull Council - Royaume-Uni
Les achats prennent la main

Champagne Louis Roederer
Le luxe se penche sur l’e-sourcing

Angela Stieglitz - Directrice des achats techniques, BASF
« Les catalogues électroniques sont des outils standard »

Doug Gabel - Chef de produit senior, Schneider National
« Les enchères ne sont pas adaptées au transport »

Par Guillaume Pommereau gpommereau@lettredesachats.fr

Vensys

Des achats entre France et Bulgarie

Spécialiste des vérins hydrauliques, Vensys partage ses activités entre la France et la Bulgarie. Avec un objectif : offrir à ses clients  une gamme complète, en conservant en France le savoir-faire et en attribuant à la Bulgarie les produits les plus simples. Une démarche où le service achats, créé en 2002 au sein de l'entreprise, est impliqué au premier rang.

Depuis 1999, Vensys est présent en Bulgarie à travers la société Pnevmatika que le groupe contrôle à 100 %. « Cette implantation est un moyen de mieux connaître les localisations potentielles pour nos achats dans les pays de l’Est : nous voulons bénéficier des relations privilégiées et des réseaux de nos partenaires bulgares en Europe de l’Est », explique Xavier Majourel, directeur des achats. À l’heure actuelle, Vensys achète dans la région des composants hydrauliques pour ses vérins et quelques pièces sur plan dans le décolletage ou la forge. « Nous sommes dans une phase transitoire et nous sourçons essentiellement des familles d’achats non stratégiques. D’ailleurs, pour obtenir une bonne qualité des vérins produits en Bulgarie dans le respect des délais, nous avons  plutôt demandé à nos partenaires bulgares de recourir à nos propres composants, négociés avec nos fournisseurs d’Europe de l’Ouest ».
En Bulgarie, il faut au préalable construire une organisation qualité verrouillée et créer une véritable démarche d’achat en termes de qualité, de coût et de délai. Il faut également renforcer les méthodologies d’achat et d’AQF : par exemple, les partenaires bulgares de Vensys ne connaissent pas les principes de décomposition des coûts ou d’audit fournisseur. « Pour l’instant, nous établissons des tableaux de bord fiables et nous construisons un panel actif », poursuit Xavier Majourel.
Avec la Bulgarie, Vensys joue essentiellement la complémentarité de ses gammes :  « Notre partenaire nous offre un outil industriel complémentaire. En France, nous nous consacrons aux produits sophistiqués qui supposent une proximité importante entre les achats et le bureau d’études, des outils performants et un savoir-faire ». En Bulgarie, Vensys travaille sur des vérins plus simples. Ce qui permet d’offrir à ses clients des gammes complètes et de rester compétitifs sur les produits les moins complexes.
« Parallèlement, notre présence en Bulgarie nous amène à optimiser notre logistique.  Si nous obtenons des réductions de coût importantes sur nos produits bulgares, les stocks restent plus importants qu’en France et nous ne fonctionnons pas encore en flux tendu », reprend le directeur des achats. Le circuit logistique prend alors toute son importance.

Une entité indépendante

Sur ce sujet, Vensys souhaite que son entité bulgare soit indépendante : « Nous négocions les achats pour l’ensemble de l’entreprise mais nous laissons la main aux acheteurs de Pnevmatika sur le transport. C’est aussi à eux qu’il revient de gérer leurs approvisionnements ».
Pour l’instant, ses fournisseurs occidentaux n’ont pas suivi Vensys en Bulgarie. « Nos volumes ne sont pas encore suffisants pour justifier une approche dans ce sens ». De même, beaucoup de ces fournisseurs, dans le travail des métaux, la découpe ou la forge, sont présents sur des marchés essentiellement nationaux. « Ils sont certifiés ISO, ils réduisent leurs coûts de production, accroissent la qualité des produits et des projets mais passer à l’Est présente encore des freins, en termes d’expériences et de savoir-faire, explique Xavier Majourel. Pourtant, il existe de réelles opportunités pour monter des joints-ventures. Et cette démarche conduit à élargir les gammes et à abaisser les prix  de revient moyens ; il reste cependant à  optimiser le ROI et surtout à intégrer des problèmes strictement comportementaux ».

Portrait
Xavier Majourel (36 ans, Inseec Bordeaux, MAI) a été adjoint au directeur des achats dans le secteur des produits pétroliers. Après le MAI en 1995, il a été responsable de la création du service achats de Cofinoga à Bordeaux pendant trois ans, avant de rejoindre Valeo Thermique Habitacle comme acheteur projet et sourcing manager. Il a intégré Vensys en 2002.
En chiffres
Vensys
Solutions hydrauliques pour les applications mobiles. Serta : conception et fabrication de vérins hydrauliques en séries ; Chabas & Besson : étude, fabrication de vérins toutes technologies ; Mecanokit : étude et construction d'ensembles mécano-  soudés, oxycoupage et cintrage ; Hydrokit : ingénierie et fournitures d'ensembles hydrauliques et d'automatismes associés
Chiffre d'affaires 2003 : 62 millions d'euros
Chiffre d'affaires 2004 : 65 millions d'euros
Effectif : 460 personnes
Montant des achats : 27 millions d'euros
Effectif achats : 9 personnes avec l'AQF
L'organisation achats
Xavier Majourel a créé la direction des achats du groupe en 2002. Avec un objectif  chiffré : 15 % de réduction des coûts d'achat sur trois ans. Première action entamée, la séparation des achats et des approvisionnements. Pour tenir compte de la diversité des activités, les approches restent différenciées au sein des différentes entités du groupe. Les achats familles participent aux revues de contrat avec les fournisseurs, aux plans de progrès et de productivité. Les achats projets, récemment créés, sont liés très étroitement au BE. « Dans le cadre de notre projet React, pour réduction des coûts achats et techniques, nous avons créé des pôles entre le BE et les achats projets, détaille Xavier Majourel. Pour réduire les coûts dès l'origine du produit, ils utilisent les techniques de redesign to cost et d'analyse de la valeur. De même, la démarche d'AQF reste centrale avec comme buts d'accompagner nos fournisseurs sur nos exigences QCD et de gérer notre panel selon des critères d'évaluation objectifs et précis. À la fois pour nos clients et nos fournisseurs, nous avons aussi mis en place un plan 1 000 PPM inspiré de l'automobile. La réorganisation de notre processus d'achat-AQF permet de nous positionner face à la démarche industrielle de plus en plus exigeante de nos clients », conclut le directeur des achats.

Par Guillaume Pommereau gpommereau@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play