Publicité

Par la rédaction

en baisse

Cuivre

« Le métal rouge continuera à subir les mutations de l’économie chinoise »

Comment expliquez-vous le repli actuel des cours du cuivre ?

Confronté à une demande qui progresse moins vite du fait du ralentissement de l'économie chinoise, le cuivre doit faire face à un marché physique légèrement excédentaire. Le groupe international d'étude sur le cuivre (ICSG) a ainsi fait état d'un surplus de l'offre de 91 000 tonnes pour la première moitié de l'année 2015. Cet excédent s'explique par les investissements massifs opérés par les producteurs au début des années 2010, période où le cours du métal rouge dépassait sensiblement les 6 000 dollars la tonne, flirtant même avec les 10 000 dollars.

Pensez-vous que le prix du cuivre puisse rebondir ?

A horizon de 3 à 6 mois, le cours du cuivre est englué dans un scenario de « lose-lose ». Le métal rouge continuera à subir les mutations de l'économie chinoise. Au-delà de la faiblesse de sa croissance, l'Empire du milieu vit une véritable période de transition, avec un passage du tout industriel, – avec en corollaire une forte demande en métaux – à une économie tournée vers la consommation interne et les services. Mais même en cas de reprise de la croissance mondiale, les premiers effets ne seront pas porteurs pour le cuivre. La Fed sera amenée à relever ses taux directeurs, provoquant une appréciation du billet vert préjudiciable aux cours du métal. Actuellement légèrement supérieur à 5 000 dollars la tonne, le cuivre reste par ailleurs vulnérable à un repli technique. Un recul à 4 500 dollars n'est pas exclu.

Ce scénario va-t-il perdurer ?

A horizon de 18 mois, le prix du cuivre pourrait se raffermir à condition que les producteurs ferment les 10 % à 15 % de mines non-rentables. Glencore a déjà annoncé la mise en sommeil de plusieurs sites de production. La demande devrait en outre repartir. La Chine va stimuler sa croissance avec de nouvelles dépenses d'infrastructures. Pékin entend également soutenir son secteur de la construction avec un programme en faveur des primo-accédants. Dans la perspective d'une reprise de l'économie mondiale, et en dehors de toute surprise, le cuivre pourrait renouer avec les 6 000 dollars à moyen terme.

> Voir les archives

Portrait

Charles Cresteil
,
Spécialiste des investissements matières premières chez THEAM – BNP Paribas

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play