Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2019 N°278
Janvier 2019

Support

Reportage

Pixid
Cap sur le Benelux et le sourcing

Par Véronique Pierron

Pixid

Cap sur le Benelux et le sourcing

La stratégie d’acquisition commencée au Royaume-Uni et dans les pays du Benelux permet à Pixid d’enrichir sa plateforme d’un outil de sourcing d’intérimaires tout en amorçant sa conquête dans d’autres pays européens. L’objectif de la société française : devenir un acteur clé de l’emploi flexible et de l’intérim.

«Notre stratégie d’expansion en Europe consiste à devenir un acteur clé de l’emploi flexible et de l’intérim en Europe ». C’est ainsi qu’Etienne Colella, président de Pixid, société qui a mis au point un outil de gestion de la flexibilité du travail par internet, explique ses différentes acquisitions en Europe depuis 2017. La jeune société française dont le chiffre d’affaires de 16 millions d’euros en 2017 est en hausse de 23 %, a jeté son dévolu au printemps sur le néerlandais Carerix, acteur important du travail temporaire au Benelux. En s’emparant de cette société, Pixid a fait d’une pierre deux coups. L’éditeur français créé en 2014 grâce aux efforts conjugués d’Adecco, Manpower et Vediorbis (racheté depuis par Randstad), complète tout d’abord sa couverture fonctionnelle.
Dédiée au monde du travail temporaire, sa plateforme en mode SaaS dématérialise déjà un grand nombre de processus comme la gestion des candidats et le traitement des fiches de paie, des contrats et de la facturation. Il manquait à la plateforme de Pixid, la brique de sourcing d’intérimaires que lui apporte cet éditeur néerlandais de solutions de recrutement, spécialisé lui aussi dans l’intérim. « Notre enjeu est de fournir les bonnes ressources et Carerix est un outil d’aide au sourcing de candidats », explique Étienne Colella. Et concernant la valeur ajoutée par rapport au métier de Pixid, il souligne : « les sociétés similaires à Pixid étant rares, notre stratégie consiste donc à trouver les métiers les plus proches de notre écosystème ».

L’Allemagne, prochain objectif de Pixid


Une stratégie également payante au Royaume-Uni où l’éditeur s’est emparé en mars 2017, d’un acteur du monde du recrutement, The Internet Corporation. Le président de Pixid analyse ainsi que « Cette acquisition est clairement notre point d’entrée sur le marché britannique où les agences d’intérim ont des modes de fonctionnement très différents de la France avec plus de 25 000 agences alors que l’Hexagone en compte 8 000 ». La française a donc dû procéder à une forte adaptation de sa solution pour qu’elle s’intègre au marché anglais et gérer les différents intermédiaires de l’intérim anglais. « Cette société est une vraie valeur ajoutée pour notre métier car ces professionnels savent appeler les clients, analyser les écarts d’offres et leur inadéquation par rapport au marché local », explique Étienne Colella.
L’un des bastions que le français compte bien conquérir est l’Allemagne où il s’est déjà implanté sous forme de partenariats et de projets pilotes avec deux petites agences d’intérim. « Le marché allemand est difficile car la période de prise de contact et de validation de la pertinence du projet est d’environ deux ans », observe Étienne Colella. Si pour le court terme, la société poursuit son travail sur le marché allemand, elle regarde aussi les meilleures manières de s’implanter via acquisition, sur les marchés nordiques et du sud de l’Europe. « Nous restons sur un objectif de croissance au-delà de 20 %, qui donne un dynamisme à l’entreprise et permet de la création de valeur », conclut le président de Pixid.
Portrait

Étienne Colella
Fondateur de Pixid

Par Véronique Pierron

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°283 - Juin 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play