Publicité
La Lettre des Achats - Novembre 2015 N°243
Novembre 2015

Management

Chronique

Conduite du changement
Bâtir une cathédrale

Par Thierry de Cassan

Conduite du changement

Bâtir une cathédrale

Faire adhérer à la vision de l’entreprise constitue la première tâche d’un manager

Nous sommes au Moyen-âge, à l’époque du gothique flamboyant, en Île de France. Un étranger voit trois hommes en train de tailler chacun un bloc de pierre au bord de la route. Surpris, il demande au premier ce qu’il fait. Le tailleur de pierre lui explique qu’il travaille pour Maître Bernard : il commence dès le lever du jour mais finit à vêpres sonnées ce qui, pour trente deniers par jour, est plutôt honnête. A la même question, le second tailleur de pierre lui explique qu’il travaille sur une archivolte particulièrement difficile à réaliser en raison du motif très élaboré. Quand il demande au troisième ce qu’il fait, ce dernier ouvre grand les yeux, se lève et dit en tendant le bras derrière lui : « Ami étranger, ne vois-tu donc pas ? Je bâtis une cathédrale ! ».

Travailler pour vivre


Cette histoire que Peter Drucker a popularisée dans les années 50, résume joliment trois attitudes envers le travail. Tout le monde y voit d’abord un gagne-pain, mais peu le limitent à cela, à l’instar de notre premier tailleur de pierre. Voir comme seul bénéfice à son travail le salaire touché en fin de mois a quelque chose d’aliénant : on vend son temps contre espèces sonnantes et trébuchantes, contre la promesse de subvenir à ses besoins et de pouvoir faire autre chose qui nous convienne mieux pendant ses heures de loisir. Le travail est alors une parenthèse subie de sa vie durant laquelle on ne s’appartient pas. Cela se conçoit dans le cas extrême d’une tâche répétitive ne nécessitant aucune initiative personnelle, mais certainement pas dans la position d’un responsable achats. Si c’est le cas, il est temps de rechercher activement un autre travail.

Travailler pour performer


Le second peut rechercher au-delà de son salaire la fierté du travail bien fait, peut-être même une forme de dépassement. Il y a là-dedans de l’expertise, de la volonté d’aller plus loin et d’exceller ce qui occasionne joies et déceptions au fil des succès et des échecs. Comment traduire ce profil dans le monde des achats ? Tout professionnel des achats convaincu que c’est d’abord son savoir-faire achats qui crée de la valeur pour son entreprise pourrait être assimilé à notre second tailleur. Et nous pouvons lui être reconnaissants d’avoir assis le métier des achats dans l’entreprise, d’avoir développé une expertise et une démarche qui crée indubitablement de la valeur. Le métier de l’acheteur s’est grâce à lui élargi.
De celui qui se limitait à passer et à suivre les commandes, il a développé des stratégies pour réduire les prix, puis les coûts complets de possession en structurant toujours plus la démarche. Enfin, le montant des gains réalisés peut être une source de fierté : en le comparant à son propre coût il peut évaluer précisément la valeur que crée son expertise pour l’entreprise.

Travailler pour construire


Pourquoi le troisième tailleur nous inspire-t-il encore plus ? Parce que, au-delà du nécessaire savoir-faire dont il doit aussi faire preuve, il ne perd jamais de vue le « pourquoi » qui lui permet d’ajuster le tir, de faire évoluer son savoir-faire pour atteindre l’objectif.
Plus encore, le bâtisseur de cathédrale fait appel au collectif : son travail participe à un projet qui le dépasse. Il doit en permanence tenir compte des autres contributeurs pour finaliser le projet. Notre responsable achat du troisième type se conçoit d’abord comme partie d’une équipe avec ses interlocuteurs des opérations et des fonctions, avec lesquels il accomplit la vision de l’entreprise. En soulevant la question : « que cherchons-nous à bâtir ensemble ? » à l’occasion d’un différend avec eux, il part d’un bon pied pour trouver la solution.
Ce même esprit doit prévaloir avec les fournisseurs : l’objectif de leur contribution doit être partagé pour tirer le meilleur d’eux. L’acheteur qui sait rappeler avec conviction la vision à laquelle il contribue, se donne un pouvoir d’entrainement à la base de son succès. Est-il besoin d’ajouter que l’adhésion à la vision de l’entreprise et le sentiment d’y contribuer sont formidablement gratifiants ?
Mes acheteurs voient-ils bien en allant au bureau le matin  la cathédrale qu’ils bâtissent? Combien se réjouissent de participer à l’aventure collective que représente leur entreprise ? Combien sont fiers d’y participer ? Voilà les questions qu’un responsable doit se poser régulièrement.

thierry.de.cassan@tolson-consulting.com
www.tolson-consulting.com

Par Thierry de Cassan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play