Publicité
La Lettre des Achats - Mai 2019 N°282
Mai 2019

Management

Actualité

Top 250 des achats (suite)
Au bon endroit pour parler stratégie

Par Guillaume Trécan

Top 250 des achats (suite)

Au bon endroit pour parler stratégie

Il y a longtemps que les directeurs achats ont compris qu’une stratégie achats ne pouvait se définir qu’en réponse à la stratégie d’entreprise, mais maintenant les directions générales donnent aussi de plus en plus la parole aux directeurs achats pour participer à la définition de ces stratégies d’entreprise.

De plus en plus de directeurs achats rattachés aux DG



Même en évacuant la sempiternelle question de la présence des directeurs achats au comité de direction de leur entreprise (34 % des directeurs achats du TOP250 en 2018), l’augmentation de l’influence du directeur achats dans les cercles décisionnaires de l’entreprise est sensible. De plus en plus de directeurs achats sont rattachés au DG, cette position enviable étant celle de près de la moitié des directeurs achats des 250 premières entreprises françaises. Encore faut-il que ce DG, ou DG délégué soit intéressé par la fonction achats, mais quand bien même ce ne serait pas le cas, près de la moitié (42 %) des directeurs achats ont chaque mois l’opportunité d’aller présenter leurs projets au codir. Mieux, ils sont désormais 54 % à avoir su impliquer un membre de la DG dans le comité de pilotage des achats.






Stratégie achats et stratégies d’entreprises de plus en plus imbriquées




Avoir une stratégie achats c’est bien, mais avoir une stratégie achats qui découle directement de la stratégie d’entreprise et la décline en priorité, c’est mieux. Près de 95 % des directeurs achats l’ont compris et ont aligné leur stratégie achats sur la stratégie d’entreprise. Ils sont malheureusement beaucoup moins nombreux à avoir obtenu que les enjeux des achats soient reconnus suffisamment importants pour être pris en compte dans la définition même de la stratégie d’entreprise. Cette position enviable concerne tout de même plus des deux tiers des répondants au TOP250.
Mais d’autres indicateurs permettent de vérifier l’imbrication entre enjeux achats et enjeux stratégiques de l’entreprise. Ainsi, dans la très grande majorité des cas (88 %), la direction générale se sent suffisamment concernée par la stratégie achats pour la valider. Ensuite, les Achats sont considérés suffisamment importants pour avoir leur place dans les comités de pilotage d’autres directions : 74 %.

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play