Publicité
La Lettre des Achats - Octobre 2018 N°275
Octobre 2018

Management

Chroniques

Conduite du changement
Acheteurs, allez-vous vous faire disrupter ?

Achats responsables
Vers une transformation du STPA

Par Thierry de Cassan

Conduite du changement

Acheteurs, allez-vous vous faire disrupter ?

L’intelligence artificielle va remplacer une bonne partie des activités achats. Pas la plus passionnante.

Dans le charabia digital, « disrupter » fait référence aux changements de modèle induits par une nouvelle technologie. Se font ainsi « disrupter » les professions qui disparaissent de ce fait.
Quelles technologies seraient donc susceptibles de pouvoir remplacer les acheteurs ? Nul besoin de chercher bien loin : tous les articles sur l’intelligence artificielle (l’IA) font état du nombre d’emplois qu’elle va détruire. Et à la différence de l’époque des canuts de Lyon et de leurs satanées machines à tisser, l’IA menace d’abord des métiers intellectuels.

L’IA : une automatisation différente


Beaucoup de fantasmes se greffent sur l’IA, car il n’y en a pas de définition précise. Certains la définissent par son objectif : simuler l’intelligence humaine avec des machines. D’autres par les technologies et les concepts auxquels elle fait appel, essentiellement des algorithmes très différents en nature.
L’informatique n’a pas attendu l’IA pour libérer l’homme d’un nombre considérable de tâches - ou détruire des milliers d’emplois suivant sa façon de voir. Mais il s’agit essentiellement de tâches répétitives qui peuvent être formalisées dans un processus et reproduites dans un programme informatique par une suite d’instructions dans une approche « déterministe ».
Le machine learning (ou apprentissage automatique) est au centre de l’IA. Ici, l’approche déterministe est remplacée par une démarche probabiliste. Après l’avoir alimenté d’une masse de données et lui avoir fait connaître une phase d’apprentissage, le système se programme lui-même pour répondre aux attentes des utilisateurs. La puissance de calcul des ordinateurs et la sophistication des algorithmes permettent de trouver des corrélations entre des données qu’un homme ne peut trouver par lui-même. Leur pertinence croît à l’usage, car le système apprend de ses erreurs. Les applications sont multiples : non seulement la reconnaissance de la parole, des images, du texte manuscrit mais aussi leur interprétation ; la modélisation de données et par conséquent aide au diagnostic, analyse prédictive etc. Voilà qui s’approche de la démarche cognitive d’un humain.

IA et achats


Trois grands champs d’activités achats me semblent être impactés par ces nouvelles technologies. En tout premier lieu, les tâches du processus P2P non encore automatisées : vérifier des demandes d’achats, ressaisir des données dans un ERP, réconcilier des factures et des demandes d’achats, etc… Un mix d’IA et de robotique devrait pouvoir prendre la relève à court terme.
Ensuite, le support opérationnel aux clients internes utilisateurs pour tout ce qui concerne les biens et services déjà négociés par les achats. Aujourd’hui encore, les achats consacrent une part significative de leurs ressources à amener les utilisateurs au bon contrat-cadre ou à la bonne information. Mieux, un système capable de comparer les solutions proposées par des catalogues ou des places de marché non seulement soulagerait les achats mais rendrait un meilleur service aux clients internes. Quand ce système existera, il devrait permettre à nombre d’acheteurs de consacrer plus de temps à des activités à plus forte valeur ajoutée.
Enfin, la qualité de la donnée achats et son interprétation vont considérablement progresser : des données de spend plus fiables, un niveau de détail plus fin grâce à l’interprétation ligne à ligne des factures, l’enrichissement de données fournisseurs avec de la donnée trouvée instantanément sur internet… tout cela ouvre des possibilités formidables aux catégories managers. A priori pas de disruption en vue pour ces derniers dont le rôle peut se renforcer avec l’IA.
Pas non plus pour tous ceux qui travaillent étroitement avec leurs clients internes ou avec leurs fournisseurs pour innover, ou qui animent des équipes projet multifonctionnelles. Aucun système aussi intelligent fût-il n’est en effet jamais arrivé à susciter l’envie de travailler ensemble, à créer de la confiance ou de l’enthousiasme, à réfléchir hors des sentiers battus – tout ce que doit faire l’acheteur d’aujourd’hui.
Car rien n’est plus profondément humain que de vouloir changer et progresser. Et a fortiori en équipe.
thierry.de.cassan@tolson-consulting.com
www.tolson-consulting.com

Par Thierry de Cassan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play