Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2019 N°281
Avril 2019

Marchés

Enquête

Téléphonie : les acheteurs sur un terrain mouvant

Les acheteurs sur un terrain mouvant

Orange coupé en deux ?

Témoignage

Pascal Lenchant - PDG - Neoditel
" Tous les trois ou six mois, il est utile de faire le point sur les usages"

Par la rédaction

Pascal Lenchant - PDG - Neoditel

" Tous les trois ou six mois, il est utile de faire le point sur les usages"

Neoditel est à la fois cabinet de conseil en achat de télécoms et gestionnaire financier et opérationnel pour compte de tiers. Côté téléphone fixe, son fondateur et directeur, Pascal Lenchant, alerte les acheteurs sur la fin du RTC ; côté mobile, il préconise les appels d’offres dégroupés ainsi que la location.

Quelle est votre analyse du marché de la téléphonie fixe ?

Depuis quelques années déjà, la plupart des entreprises étaient passées à la téléphonie sur IP. Aujourd’hui, nous parlons carrément de suppression du téléphone fixe pour le remplacer par des logiciels de téléphonie sur PC, smartphone ou tablette, baptisés « plateformes de communications unifiées » : Skype for Business/Teams, Spark, Rainbow ou MyDialog sont les plus connus. De nouveaux entrants comme Fuze et 8x8 se taillent une part du marché parce qu’ils profitent des dernières évolutions : conférence téléphonique, vidéo, partage de documents, numéro unique entre le PC et le smartphone : tout cela devient un environnement de communication unique pour le salarié.

Et pour les lignes fixes isolées, non raccordées au standard (ascenseur, alarmes, systèmes de paiements, etc.), qu’en est-il ?

Dans chaque entreprise, cela représente une dizaine de lignes par implantation. La mort de ces lignes a été annoncée par Orange début 2018 et depuis novembre 2018 l’opérateur et ses concurrents ont retiré les lignes téléphoniques simples de leurs catalogues. On ne peut donc plus brancher simplement un téléphone, une alarme, un ascenseur sur une ligne téléphonique analogique. C’est une étape dans la fin du RTC (réseau téléphonique commuté) : les lignes existantes demeurent, mais on ne peut pas en créer de nouvelles. Les solutions alternatives sont par exemple la box ADSL ou la carte SIM. Avec la carte SIM, les lignes isolées passent désormais par le réseau mobile. Toutes les entreprises doivent s’intéresser à ce sujet : Orange arrête le RTC par zones, et la déconnexion commence dès 2023.

Les entreprises ont l’air prêtes

Beaucoup ne le sont pas ! J’insiste : une majorité écrasante d’entreprises n’a pas pris le sujet fin du RTC en main. Je vois encore des enseignes de retail qui pensent qu’à l’occasion de l’ouverture d’un nouveau magasin, elles vont pouvoir ouvrir trois lignes téléphoniques fixes pour y brancher leur caisse enregistreuse, leur TPE et le système d’alarme.

Et sur le marché de la téléphonie mobile, que doivent surveiller les acheteurs ?

Aujourd’hui il est conseillé de prévoir deux lots lors d’un appel d’offres en téléphonie mobile : les services de l’opérateur d’un côté ("SIM only"), les terminaux de l’autre ("SIM free"). Les acheteurs désirent de plus en plus connaître le vrai prix d’un smartphone, sans la subvention que leur octroie l’opérateur sous condition d’engagements divers de volume et de durée. Ainsi, si vous pensiez qu’un iPhone valait 150 euros, vous allez découvrir en découplant le forfait et le téléphone qu’il vaut en réalité 500 euros voire plus. Je constate que de nombreux donneurs d’ordres adressent le lot terminaux aux revendeurs et grossistes en matériels. Pour les opérateurs, c’est une perte de chiffre d’affaires et de contrôle face aux grossistes type Econocom, SCC ou Inmac.

Quels autres conseils donnez-vous aux acheteurs ?

La location des smartphones est une tendance qui prend de l’ampleur. La durée de vie d’un smartphone étant typiquement de 24 mois, les grossistes proposent des forfaits location avec restitution en fin de contrat. Schneider Electric (9 000 lignes) est passé sur un mode locatif avec CHG Meridian. Enfin, je préconise un pilotage rigoureux des coûts : le roaming ayant disparu en Europe depuis juin 2017, les opérateurs ont eu tendance à se rattraper sur les consommations hors Europe, et avant tout la data. Tous les trois ou six mois, il est donc utile de faire le point sur les usages, et adapter les réglages : changements de formules, adaptation de forfaits, révision des services associés, mise en œuvre de solutions tierces.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play