Publicité
La Lettre des Achats - Février 2005 N°125
Février 2005

Marchés

Dossier

La carte d'achat toujours au banc d'essai

Article

La carte d'achat toujours au banc d'essai

Périmètre d'achat
Un large spectre de dépenses

K-BUY
La carte pour des achats non catalogables

Les atouts de la carte d'achat
Des gains qualitatifs

Témoignages

Patrick Dupont Directeur développement b to b, Ingenico
« Nous développons trois solutions conduisant à l'interopérabilité »

Alain Genet Chef du bureau politique, de soutien et des achats, DGA
« Étendre le nombre de cartes de 25 à 150 »

Michèle Biarrotte Responsable du développement des achats, Bristol Myers Squibb
« Les fournisseurs sont payés sous quatre jours »

Henry Alexandre Directeur adjoint de l'Agence centrale des achats, Minéfi
« La carte d'achat permet une dématérialisation complète »

Christelle Daven-Foucher Responsable du lancement de la carte d'achat, groupe Nestlé
« Réduire les achats sauvages et la charge administrative »

Patrick Deplaix Responsable e-commerce, Radiospares
« Un lien entre e-commerce et carte d’achat »

Lien Nguyen Dinh Chef des projets transverses b to b, Groupe Louvre Hôtels
« De la carte d’achat à la dématérialisation fiscale »

Interviews

Ghislaine Mihoub - Responsable du service finances-budget, Ville de Meudon
« Les porteurs de carte sont responsabilisés et valorisés »

Par la rédaction

Christelle Daven-Foucher Responsable du lancement de la carte d'achat, groupe Nestlé

« Réduire les achats sauvages et la charge administrative »

« Depuis décembre 2003, nous utilisons la carte d'achat en France pour les achats indirects : matériel de bureau, travail temporaire, marketing, etc.  Ce programme s'inscrit dans le cadre de la mise en place de processus standard au sein du groupe.  Il passe aussi par l'intégration à une plate-forme SAP dans toutes les entités de Nestlé. Pour tous les achats récurrents de faible montant, la carte s'est révélée la solution la plus adaptée. La procédure dans SAP est trop lourde pour ce type d'achats, obligeant la création et le maintien de bases de données articles et fournisseurs. En termes de processus, le coût  d'une transaction traditionnelle avec commande  et facture papier est plus élevé que le coût d'une transaction par carte d'achat. L'objectif est donc de décharger la gestion administrative de certains achats pour lesquels nous n'avons pas besoin d'avoir de trace dans SAP. La carte concentre les flux sur les fournisseurs agréés, réduisant ainsi les achats sauvages et la charge administrative.
En interne, l'adoption de la carte demande un effort permanent de "change management" et de communication. Ce travail doit se faire catégorie par catégorie. Dans l'ensemble, cette évolution est plutôt bien vécue par les utilisateurs. À l'extérieur de l'entreprise, il faut affilier les fournisseurs. Cet effort se fait avec American Express pour la communication et la négociation. Le marché n'étant pas encore mûr, il faut donc passer du temps à expliquer ce que cet outil peut apporter. La France n'est pas en retard par rapport à la Suisse, l'Espagne, les Pays-Bas ou l'Allemagne. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont plus en avance mais en France, nous essayons de jumeler la dématérialisation de la facture avec l'utilisation de la carte ».

Portrait
Christelle Daven-Foucher (27 ans, IUP de commerce international) a débuté chez Nestlé Suisse comme acheteur emballage puis responsable de projets e-procurement. Elle a rejoint le siège international où elle travaille au sein de la fonction achats du groupe et gère notamment la mise en place de la carte d'achat.
En chiffres
Nestlé
Agroalimentaire
Chiffre d'affaires groupe : 56 milliards d'euros
Chiffre d'affaires France : 6,552 milliards d'euros
Montant des achats France : 2 milliards d'euros

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play