Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2005 N°124
Janvier 2005

Interview

Alain Gautier - P-DG, - Alençon Plastic
« 80 % de nos achats sont réalisés à travers un GIE »

Paulo Rato - Responsable des achats - CETAM Automatismes
« Rationaliser les achats nous a valu la certification »

Christelle Obambo - Responsable des achats de la production - IMMOTEC Systèmes
« Être présente plus en amont dans les processus »

Fabrice Zamparutti - Responsable des achats - Potain
« Mettre plus de matière grise dans les achats »

Denis Forgues - Responsable des achats - DEHOUSSE Industries
« Acheter 70 % à 80 % du produit fini à terme »

Par la rédaction

Paulo Rato - Responsable des achats - CETAM Automatismes

« Rationaliser les achats nous a valu la certification »

Le premier responsable du service achats de Cetam Automatismes, fabricant d'équipements d'automatismes industriels et ferroviaires, n'a pas ménagé sa peine pour mettre en place la fonction : rationalisation du portefeuille, mise en œuvre des bonnes pratiques en interne, certification ISO 9001 pour garder les clients grands comptes… Pour autant, la route est encore longue : deux tiers des achats restent à rationaliser.

Pourquoi Cetam Automatisme a créé  sa fonction achats en juin dernier ?

À cette date, le recrutement d’un acheteur spécialisé dans le domaine électrique était autant une réponse à la pression sur nos marges qu’à une demande pressante de  certains clients. En particulier, les grands comptes publics de l’industrie ferroviaire, soit environ 40 % de nos ventes, ont élevé leurs attentes sur la qualité et procèdent à des audits qualité chez leurs fournisseurs. Lors de la consultation de départ, ils exigent à présent une certification ISO 9001 de  tous les processus de leur fournisseurs, et en particulier des achats.

Quelle était la situation  lors de votre prise de fonction ?

À mon arrivée, le service achats n’existait pas : les achats passaient principalement  par un approvisionneur et par les chargés d’affaires, ce qui valait à Cetam d’être classé B selon cette norme ISO. J’ai dû tout revoir de A à Z, y compris la facturation qui avait beaucoup de retard en juin. Les actions que j’ai entreprises pour rationaliser nos achats depuis six mois, alliées aux investissements consentis dans l’informatique et à la création d’un nouveau magasin, ont porté leurs fruits : nous avons obtenu le classement A en novembre. J’ai une grande autonomie pour mener ces actions. Mais le chemin est encore long et j’estime qu’un tiers environ de ce qui est rationalisable a été traité.

Comment la création de la fonction  a-t-elle été perçue en interne ?

En termes d’organisation, la réforme des pratiques d’achat ne s’est pas faite très  facilement – comme je m’y attendais. Les habitudes étaient bien ancrées auprès de  l’approvisionneur et de nos cinq chargés d’affaires. Une part de mon action a consisté à convaincre de l’utilité d’une démarche  de regroupement des achats. Le meilleur argument est d’exposer les gains réalisés : entre 1 200 et 3 500 euros ont été économisés chaque mois grâce au regroupement  des commandes et à la négociation des tarifs. Autant d’arguments qui ont séduit mes  collègues et la direction. Outre la remise en cause des achats de production, j’ai également rationalisé certains achats de services généraux, comme les consommables informatiques ou l’imprimerie Sur ce dernier  segment, nous sommes passés de trois  fournisseurs à un seul, pour des prestations  identiques.

Avez-vous recours à des outils  informatique pour mener vos actions ?

Les achats ont été organisés autour d’un  logiciel de GPAO (gestion de production automatisée par ordinateur) qui a simplifié le traitement des appels d’offres de nos clients, tout en assurant la traçabilité de tous les flux et le pilotage de la logistique. Nous sommes ainsi beaucoup plus réactifs sur les proposition de prix car nous récupérons mensuellement les tarifs bruts de près de 80 % de nos fournisseurs, via un catalogue de prix sur internet (STIV Catelec). J’adapte ensuite ces prix en fonction des négociations effectuées auprès des fournisseurs. Auparavant, notre base de données prix n’étant pas à jour, nous envoyions fréquemment à nos clients de « faux prix »… Il faut savoir que l’estimation des prix est très critique dans notre  activité ; s’il est plus facile de connaître le coût du matériel, les prestations vendues par nos chargés d’affaires comprennent aussi la main-d’œuvre, un paramètre très difficile à évaluer.

Comment ont évolué les relations  avec vos fournisseurs ?

Ces baisses de prix ont été obtenues sans mettre sous pression nos fournisseurs. C’est un aspect très important car certains d’entre eux sont de grands comptes qui peuvent devenir prescripteurs de nos propres produits. Ensuite, une bonne connaissance du terrain apprend que les commerciaux ont toujours une marge de manœuvre pour réduire leurs tarifs. Encore faut-il décrocher son téléphone pour le leur demander… Toujours  à propos des tarifs fournisseurs, nous ne pouvons pas dire que nous sommes lésés par notre taille de PME sur les achats d’automatismes industriels. En revanche, dans le secteur ferroviaire, il est très difficile de négocier les prix car les grands acheteurs comme Alstom ont négocié les tarifs de leurs fournisseurs de rang 2 au préalable.

PORTRAIT
Paulo Rato (38 ans, BEP comptabilité) est  responsable des achats de Cetam Automatismes. Il a commencé sa carrière dans la grande distribution alimentaire, puis dans la grande distribution bricolage, notamment comme responsable de magasin. Il a été acheteur négoce de matériel électrique pour Mouty et chez Facen (groupe Rexel), avant de rejoindre l'installateur de matériel électrique Bianchi comme responsable des achats.
EN CHIFFRES
Cetam Automatismes
Équipements d'automatismes industriels et  ferroviaires
Chiffre d'affaires 2004 : 6,5 millions d'euros
Effectif total : 90 personnes
Montant des achats de production :
2 millions d'euros (900 000 euros en 5 mois),  à 90 % du matériel électrique
Effectif achats : 1 responsable des achats,  1 approvisionneur et responsable du magasin,  2 magasiniers et une comptable

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play