Publicité
La Lettre des Achats - Septembre 2018 N°274
Septembre 2018

Management

Entretien

Yildiz Kaprak - Directrice des achats Alpine et Sport Premium
« Nos designers ont travaillé directement avec les fournisseurs »

Par Guillaume Trécan

Yildiz Kaprak - Directrice des achats Alpine et Sport Premium

« Nos designers ont travaillé directement avec les fournisseurs »

Au côté des designers et des ingénieurs, les acheteurs de l’équipe « commando » constituée par Yildiz Kaprak pour le projet Alpine, ont joué un rôle clef dans la relation avec les multiples partenaires d’où proviennent les innovations de la mythique voiture de sport.

Quand les Achats ont-ils été intégrés au projet Alpine ?

Les Achats ont joué un rôle majeur dans le développement de l’Alpine du début à la fin. Nous avons pris une part très active dans les phases amont du projet et jusqu’à la distribution. Le renouveau d’Alpine a commencé fin 2012 par un partenariat avec Caterham. Il m’a tout de suite été demandé de construire une organisation et de commencer à travailler avec les ingénieurs, le design et les produits pour aller rechercher les meilleurs fournisseurs susceptibles de nous apporter des technologies de pointe et les meilleurs produits du marché.

Quels profils avez-vous recrutés dans votre équipe ?

J’ai constitué une équipe d’une dizaine de personnes qui devaient travailler en mode commando, au sein d’une organisation lean, réactive et avec un circuit de décision rapide. Nous avons tous travaillé sur un même plateau avec l’ingénierie, les produits, le design. Notre organisation bénéficie aussi du savoir-faire et de l’expertise des équipes achats du groupe Renault et de l’Alliance. Il me fallait une équipe multi compétences. Des acheteurs ayant non seulement un fort niveau technique, capables d’acheter des pièces mais aussi des services et des acheteurs experts avec une sensibilité design et produits. Ce point est particulièrement important parce que nos designers ont travaillé directement avec les fournisseurs. Il fallait des acheteurs capables de faire de la prospection pour chercher des nouveaux fournisseurs conformes aux exigences d’Alpine. Cette équipe achats dédiée continue maintenant son travail au sein de l’organisation Sport Premium de l’Alliance purchasing organisation Europe.

Quel était le rôle des acheteurs dans les équipes pluridisciplinaires des projets ?

Les acheteurs étaient en relation directe avec les designers et avec les responsables du produit afin d’exprimer et retraduire leurs attentes auprès des fournisseurs. Présents sur le même plateau, nous avons participé à toutes ces réunions. En plus de l’identification des fournisseurs, à ce moment-là, notre rôle consistait à faire en sorte que la relation soit conforme au process achats, ce qui implique notamment que les attentes soient formalisées. Nous nous assurons que le fournisseur a bien compris ce que nos collègues demandent et inversement, que nos collègues comprennent les propositions et les contraintes du fournisseur.

Qu’implique le fait de travailler pour une gamme Sport Premium dans la hiérarchie des priorités achats ?

La sensibilité Sport Premium implique d’être concentré sur un style, une image de marque, de la high-tech, la performance du produit, une harmonie et de la performance dans les détails. Cela demande de comprendre l’attente de ces clients particuliers et d’être capable de travailler à un haut niveau de technicité, dans l’excellence pour faire en sorte que le produit tienne toutes ses promesses. Nous sommes concentrés sur le design et la valeur pour le client. Comme pour n’importe quel produit, l’Alpine est soumise à certaines contraintes économiques et notre travail a consisté à faire en sorte que l’équation économique du projet soit respectée, tout en allant chercher les fournisseurs Best in Class pour répondre aux exigences élevées de notre clientèle.

Comment s’est fait l’équilibre entre fournisseurs nouveaux et fournisseurs du panel de l’Alliance Purchasing Organization ?

Nous avons commencé très librement par prospecter des fournisseurs capables de faire du Sport Premium, notamment en France et en Europe. Ensuite, nous avons également consulté des fournisseurs de l’Alliance pour profiter de leur savoir-faire, de leurs capacités de recherche et développement, de leurs innovations mais aussi d’économies d’échelle. Nous avons sélectionné des fournisseurs nouveaux – près de la moitié du panel – et nous avons également travaillé avec les fournisseurs de l’Alliance capables de nous proposer des innovations et des produits adoptés au segment.

Pouvez-vous donner quelques exemples de ces partenariats ?

Nous avons par exemple trouvé un fournisseur français pour l’audio, Focal, qui nous fournit les haut-parleurs avec une membrane en feuille de lin, dont la matière première vient de la région de Dieppe, où est produite la voiture. Nous avons aussi travaillé avec Brembo qui a conçu des étriers de frein en aluminium avec un actionneur de frein parking intégré, c’était une première mondiale qui engendre un gain de poids de 2,5 kg. Parmi les autres fournisseurs clefs avec qui nous avons travaillé je peux également citer Sabelt qui a conçu et fabriqué un siège monocoque qui ne pèse pas plus de 13 kg, sans compromis en termes de confort et qui est aussi un objet de design offrant une ergonomie exceptionnelle. Autre exemple, nous avons travaillé avec Ottofuchs, un fournisseur de l’aéronautique qui a conçu avec nos designers des roues en alliage léger 18 pouces très esthétiques. Nous avons aussi collaboré avec Michelin (pneumatiques), ZKW (phares), Valeo (aquablade), avec Continental (tableau de bord), Getrag (boite de vitesse), Bosch (l’ESP)… Nous avons aussi bien travaillé avec de très grands fournisseurs qu’avec des petits qui ont comme références des constructeurs comme Lamborghini ou encore Ferrari et qui maîtrisent des technologies de pointe.

Avez-vous mis en œuvre des partenariats de co-innovation ?

Nous avons travaillé à la recherche de meilleures innovations techniques, mais nous n’avons pas fait de contrats de co-innovation. Nous étions concentrés sur le véhicule qui, en lui-même, est innovant dans la mesure où il rassemble un grand nombre d’innovations comme par exemple son châssis et caisse en aluminium. Même si, au sein de l’Alliance Purchasing Organization, nous pratiquons la co-innovation, dans ce cas précis cela n’était pas une finalité. Notre objectif était d’offrir aux clients des innovations répondant à leurs attentes et à leurs besoins, nous nous sommes attachés à trouver et mettre sur le marché les meilleures technologies.

Quelle visibilité avez-vous pu leur donner sur les volumes commandés ?

Le renouveau de l’Alpine est un succès commercial, avec environ 60 concessionnaires ouverts dont une vingtaine en France et le reste en Europe. L’année dernière, quand nous avons ouvert dans l’application Alpine à la réservation, 1 955 exemplaires numérotés ont été commandés en cinq jours. Entre le lancement et avril 2018, plus de 4 000 commandes ont été enregistrées. L’usine de Dieppe travaille sur ces commandes et les livraisons ont commencé, entre janvier et fin mai 2018.
Portrait
Yildiz Kaprak (Ingénieur ITU, Master Business MU et Insead) est directrice des achats Sport Premium au sein de l’Alliance Purchasing Organization depuis octobre 2016, après avoir été pendant quatre ans directrice des achats d’Alpine. Elle était précédemment directrice des achats de l’après-vente et services chez RNPO. Elle a intégré le groupe Renault en 1999, comme directrice produit et planification en Turquie.


En chiffres
 Alpine et Sport Premium
Automobile
Montant des achats Alpine : NC
Effectif achats : 10 personnes en lien avec les équipes achats de l’Alliance
Effectif achats Sport Premium : 20 personnes

Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play