Publicité
La Lettre des Achats - Novembre 2018 N°276
Novembre 2018

Marchés

Conjoncture

Macroéconomie : une croissance mondiale désynchronisée

Une croissance mondiale désynchronisée

Laurent Gaetani - Directeur général - Degroof Petercam Gestion France
« Les Etats-Unis continueront de dicter le tempo en 2019 »

Par la rédaction

Laurent Gaetani - Directeur général - Degroof Petercam Gestion France

« Les Etats-Unis continueront de dicter le tempo en 2019 »

Face à la montée des risques internationaux, la croissance mondiale est-elle menacée ?

En 2019, un léger tassement de la croissance mondiale est attendu. Mais la dynamique de l’activité restera robuste. Nous tablons sur une progression du PIB mondial comprise entre 3,2 % et 3,6 %, après une hausse de 3,8 % à 3,9 % cette année. 2019 se caractérisera surtout par une croissance nettement moins synchronisée à l’échelle du globe. Les Etats-Unis continueront à dicter le tempo, le reste des grandes zones économiques demeurant quelque peu à la traîne. La santé des pays émergents interroge en particulier, y compris en Asie du sud-est, face à l’appréciation du dollar et les tensions sur le commerce mondial. Autre point déstabilisant pour les émergents, la croissance chinoise va ralentir à 6 % en 2019, contre 6,6 % en 2018, avec une économie poursuivant son recentrage sur son marché domestique.

Quels sont les risques pesant sur la croissance européenne ?

En dévoilant un objectif de déficit dépassant sensiblement les attentes de Bruxelles, le gouvernement italien a relancé les inquiétudes sur la dette transalpine. A ce stade, aucun effet de contagion aux taux espagnols et portugais n’est à noter. Une marche arrière de Rome est toujours espérée. Le cas échéant, les taux longs italiens pourraient grimper à 4 %. Ce niveau n’est pas en soi élevé, sauf que la BCE a déjà bouclé son programme d’achats d’obligations italiennes pour l’année, ce qui jusqu’ici a permis d’éviter une envolée des taux transalpins. Tous les regards seront par conséquent tournés vers les agences de notation. Une dégradation de la dette italienne d’un cran serait synonyme de contagion. Une dégradation de deux crans serait catastrophique.

Faut-il s’inquiéter de la montée d’éventuelles tensions inflationnistes ?

L’inflation devient problématique quand elle se manifeste en période de décélération de la croissance. Mais pour l’instant, aucun dérapage des prix n’est d’actualité. On joue avant tout à se faire peur. Même aux Etats-Unis, l’inflation est totalement en ligne avec l’objectif de 2 % de la Fed. Quant à l’Europe ou au Japon, l’inflation est inexistante. Il convient toutefois d’être vigilant face à une éventuelle envolée des salaires américains et des prix du pétrole. Par ailleurs, la Fed est susceptible d’accélérer sa politique de resserrement monétaire, face à l’insolente santé de l’économie américaine en cette fin d’année. En Europe, les taux de la BCE et les taux longs sont avant tout tributaires du cas italien.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°282 - Mai 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play