Publicité
La Lettre des Achats - Mars 2009 N°170
Mars 2009

Marchés

Dossier

Progiciels de gestion intégrés : les ERP veulent leur part du gâteau

Les articles

Progiciels de gestion intégrés
Les ERP veulent leur part du gâteau

Bureautique
Un marché normalisé

Achats d’information
Le numérique change la donne

Témoignages

Jean de Mesmay - Chargé des projets, des systèmes, des processus et de l’animation achats - Essilor
« Le choix doit se faire brique par brique »

Florent Picq - Responsable des SI achats à la direction du Courrier - Groupe La Poste
« Ajouter un module à un ERP reste compliqué »

Dominique Brosse - Directeur des achats hors production - Carlson Wagonlit Travel
« Mettre l’accent sur la négociation »

Karim Saci - Responsable des achats informatiques et télécoms - PricewaterhouseCoopers France
« Une forte exigence sur les niveaux de services »

Olivier Clauzel - Coordination groupe pour les achats d’investissements et de FM - Sanofi-Aventis
« Privilégier la relation directe »

Points-clés

Les cinq points-clés

Les dix points-clés

Bureautique : un marché normalisé

Achats d’information : le numérique change la donne

Par la rédaction

Jean de Mesmay - Chargé des projets, des systèmes, des processus et de l’animation achats - Essilor

« Le choix doit se faire brique par brique »

En 2001, alors qu’Essilor avait décidé de déployer l’ERP Oracle à l’échelle du groupe, les achats ont souhaité se doter d’un système métier. Sur la partie transactionnelle, Oracle (modules PO et IC) répondait parfaitement au besoin. En revanche, sur les processus métier, Essilor a choisi à chaque fois de consulter le marché. Avec des réponses différentes en fonction des briques. Pour l’e-procurement, Oracle a été retenu car très intégré au process « procure-to-pay », même si d’autres progiciels existaient, plus flexibles et, aux yeux des achats, moins coûteux. La solution a été mise en place entre 2001 et 2006 sur de nombreux sites. Au fur et à mesure des déploiements, des évolutions ont été intégrées à l’offre standard comme la GMAO en Espagne ou encore un site de vente sous eStore que nous allons déployer cette année pour le négoce.
Mais si ces déploiements sont de véritables succès, il en va différemment pour les fonctions centrales. La proportion d’achats couverte par le module d’e-procurement est insuffisante. Cela est notamment lié aux lacunes de la solution en matière d’ergonomie et de flexibilité, mais aussi à l’absence de catalogues. En 2006, lorsque les achats ont voulu se doter d’un système d’analyse des dépenses, la DSI a souhaité qu’en parallèle des solutions métier soit évalué l’outil de business intelligence déjà déployé dans le groupe. Mais la solution de BravoSolution répondait mieux aux besoins d’Essilor car elle ne nécessitait pas de développement et était très performante en termes de classification. Elle était aussi moins chère et moins lourde à déployer. Aujourd’hui utilisé par la plupart des filiales et usines, cet outil décisionnel gère plus de 80 % des achats du groupe.

Portrait

Jean de Mesmay  (36 ans, HEC) est chargé des projets, des systèmes, des processus et de l’animation au sein de la direction des achats d’Essilor depuis 2004.


En chiffres

Essilor
Optique ophtalmique
Chiffre d’affaires (2007) : 2,9 milliards d’euros
Effectif : 32 000 personnes
Montant des achats : 1,3 milliard d’euros
Effectif achats : environ 200 personnes

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°287 - Novembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play