Publicité
La Lettre des Achats - Avril 2018 N°270
Avril 2018

Marchés

Enquête

INTERIM : Le casse-tête des coefficients

Le casse-tête des coefficients

Indicateurs Silex
Intérim : des demandes en nette hausse

Témoignages

Leyton
« Il faudrait connaître en détail les mécanismes d’exonération de charges »

Par la rédaction

Leyton

« Il faudrait connaître en détail les mécanismes d’exonération de charges »

En matière d’achat d’intérim, Emmanuel Goudeau recommande de faire ses calculs en fonction de la marge brute des agences de travail temporaire plutôt que des coefficients des intérimaires. Et il privilégie bien sûr une relation étroite entre Achats et RH.

Quelles sont les principales demandes de vos clients en matière d’intérim ?

Nous répondons le plus souvent à deux types de demandes : de l’accompagnement dans la renégociation de contrats et de l’audit de facturation. Dans le premier cas, nous dressons une cartographie quantitative et menons une étude qualitative de l’existant. Nous analysons les structures de coûts des intérimaires délégués (les intérimaires postés chez le client) pour en déduire les marges des agences et déterminer ainsi des leviers d’économie par rapport à notre base de benchmark. Dans le cas d’un besoin de revue du passé, nous intervenons en relative autonomie via la collecte des bases de facturations des fournisseurs. L’intérim est en général un poste élevé qui atteint facilement plusieurs dizaines de millions d’euros. Nous vérifions que les contrats cadres signés ont bien été appliqués sur des périodes qui peuvent remonter jusqu’à cinq années. Enfin, plus ponctuellement, nous avons des demandes sur les aspects organisationnels du recours à l’intérim.

Comment jugez-vous l’évolution de l’offre fournisseurs ?

Le modèle en vigueur au début des années 2000 fonctionne de moins en moins : une agence qui affiche ses annonces sur sa vitrine et qui va capter du flux de candidats. La captation des candidats est désormais digitale via les job boards ou des sites comme Le Bon Coin. Du coup, les réseaux d’agences voient de moins en moins l’utilité d’être sur des grandes avenues pour capter le flux : le sourcing de candidats se fait de plus en plus numériquement. Ce qui explique que des acteurs 100 % digitaux arrivent sur le marché : dans la restauration (Badakan, Staffmatch) ou ailleurs. Même des groupes comme Randstad ont développé une solution digitale spécialement pour les artisans et TPE.
Dans les contrats, le calcul des coefficients est un casse-tête.

Comment abordez-vous ce sujet avec vos clients ?

Le coût du travail évolue chaque année, porté par des évolutions réglementaires. C’est pourquoi il faut raisonner en marge brute des agences de travail temporaire plutôt que sur une analyse des prix. Les coefficients multiplicateurs ne peuvent pas être comparés d’une agence à une autre si on ne connaît pas la structure de rémunération des intérimaires délégués chez le client, parce que chacun d’entre eux bénéficie d’allégements de charges différents. Le raisonnement doit donc se faire en marge brute, qui s’échelonne de 10 à 15 % dans le secteur du travail temporaire. Un intérimaire au Smic dont le coefficient est de 1,8 générera une marge brute d’environ 20 %.

Les acheteurs procèdent-ils souvent au calcul de la marge brute ?


Hélas, ils ne rentrent généralement pas dans le détail du calcul de la marge brute parce qu’il faudrait connaître en détail les mécanismes d’exonération de charges. Et pour cela, il faut avoir toutes les données de paie et de facturation pour tous les intérimaires. Ce qui implique une communication fluide avec les RH, les deux principaux gestionnaires du dossier intérim côté donneur d’ordres. Je vois parfois un manque de communication entre Achats et RH. Aussi, je conseille de créer un vrai groupe projet pour intégrer les leviers RH (formation, prévention, sécurité, etc.) aux préoccupations des opérationnels sur site de production, parce que l’intérim est d’abord un sujet humain. Pour cela, je recommande de faire passer auprès des équipes sur site, des questionnaires pour faire remonter des retours qualitatifs sur les agences et les intérimaires : quelle est la réactivité de l’agence, la qualité des candidatures, etc. ?
Portrait

Emmanuel Goudeau, Consultant

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°287 - Novembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play