Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2005 N°124
Janvier 2005

Marchés

Dossier

Maintenance : les achats grignotent leur retard

Article

Maintenance : les achats grignotent leur retard

Enquête Cegelec-Opinion Way
L'externalisation se renforce

Réduction des coûts
Les entreprises doivent aller plus loin

Points-clés

Les dix points-clés

Interviews

Jacques Renaud - Responsable des achats de prestations et services industriels - SOLAC Méditerrannée
« Contribuer au développement des contrats de progrès »

Témoignages

Pierre Burgunder Adjoint du directeur d'usine, Novergie Île de France
« Maîtriser les coûts indirects liés à la maintenance »

Jean-Christophe Guilmin Directeur, Aserti Electronic
« Combiner la logistique et la maintenance électronique »

Florent Delamasure Responsable des achats, Florence et Peillon
« Reprendre en main le portefeuille maintenance »

Damien Vuillod Responsable des achats, Lamberet Constructions Isothermes
« Développer l’externalisation des services de maintenance »

Vincent Stanislawiak Directeur de la practice achats, Solving International
« Des profils d’acheteurs parfois inadaptés »

Par la rédaction

Vincent Stanislawiak Directeur de la practice achats, Solving International

« Des profils d’acheteurs parfois inadaptés »

« Les acheteurs sont devenus des moteurs de  progrès naturels pour tout ce qui concerne les pièces détachées et les consommables où leur technicité achats fait la différence. En revanche, dès qu'il s'agit de services et de contextes où la légitimité est donnée par l'expérience de terrain et la dimension managériale, ils sont souvent en bout de chaîne et suivent les instructions des responsables de maintenance, la plupart du temps des personnages hauts en couleur. De fait, le rôle des acheteurs se limite encore trop souvent au passage de commandes ou, dans le meilleur des cas, à la négociation des contrats. À leur décharge, les conditions sont rarement mises en place par les dirigeants d'entreprise pour faciliter leur progression. À leur charge, ils s'y prennent souvent maladroitement, en utilisant les mauvaises armes et en voulant s'imposer sur le terrain de la stratégie achats, sans avoir parfaitement intégré  toutes les subtilités des enjeux de la maintenance.  Ils tentent de faire valoir leur expertise du marché  fournisseurs, alors que celui-ci, largement local, est bien mieux maîtrisé par les responsables de maintenance. Ou encore, ils cherchent à mettre en avant leur capacité de management de la relation fournisseurs, alors que leur propre expérience de manager opérationnel est souvent trop faible pour leur  conférer une légitimité suffisante.
Cependant, les organisations les plus performantes commencent à mieux positionner leurs acheteurs, et notamment leurs acheteurs groupe, en leur confiant de nouvelles missions. Par exemple, avec des missions d'animation visant à démultiplier  les résultats obtenus par les équipes maintenance-achats locales, ou bien des recherches de partenariats pour compenser la raréfaction de certaines expertises. Dans l'industrie lourde, certains grands groupes vont même jusqu'à créer un département spécifique, au sein des achats, en charge de trouver des solutions de rupture. Toutes ces initiatives ont pour but  d'apporter de nouveaux éclairages aux opérationnels, de faciliter le partage des expériences et de confronter les points de vue relatifs à la dynamique des marchés, pour mieux en anticiper les évolutions à court et moyen terme. Dans la maintenance, ce sont donc des défis d'un ordre nouveau qui attendent la fonction achats et qui requièrent qu'elle repositionne son rôle… et qu'elle se dote rapidement de nouveaux profils ».

PORTRAIT
Vincent Stanislawiak (ingénieur Ensi) est co-directeur de la practice achats du cabinet de conseil Solving International depuis 1997.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play