Publicité
La Lettre des Achats - Janvier 2005 N°124
Janvier 2005

Tendances

Baromètre emploi

2004, une année faste

Par la rédaction

2004, une année faste

En 2004, la hausse des offres d’emploi aux achats ne s’est jamais démentie, avec 2 247 annonces recensées contre 1 495 en 2003, soit une augmentation de plus de 50 %. C’est un record car même au cours de l’année 2000, particulièrement favorable, dix offres de moins avaient été enregistrées (2 237). Pour finir l’année en beauté, on observe, avec 270 annonces recensées en décembre dernier, une croissance de 80 % par rapport à décembre 2003.
La structure actuelle du recrutement reste très similaire à celle des années passées.  La répartition géographique des offres est toujours marquée par la prépondérance des postes en région parisienne (environ 41 % du panel). La région lyonnaise demeure le deuxième pôle (plus de 15 %), suivie par le Nord-Ouest (près de 13 %). De même, la répartition par fonction et par secteur ne change pas. Les deux tiers des postes à pourvoir sont réservés aux acheteurs, 19 % aux responsables des achats – en légère baisse en pourcentages par rapport à 2003 – et moins de 5 % aux directeurs des achats.  80 % des offres se situent dans l’industrie, 15 % dans les services et 1,7 % dans le secteur public. Dans 65 % des annonces, les achats à gérer sont liés à la production ;  seulement 12 % évoquent les achats hors production et 23 % tous les achats.
Les salaires sont encore à négocier pour près de 73 % des offres. Pour le quart restant, ils sont toujours compris entre 32 000 et 76 000 euros en moyenne. Une bonne formation reste déterminante pour les candidats. Sur l’ensemble des annonces, les ingénieurs remportent comme de coutume les suffrages des recruteurs (62 %) ; les formations commerciales arrivent au second rang (14 %). Dans 75 % des offres, une formation spécifique aux achats n’est pas exigée, mais lorsque c’est le cas, le MAI, le Desma et l’Esap arrivent en tête. Près des trois quarts des annonces recherchent un bac + 5, alors que 25 % ne demandent qu’un bac + 3. La maîtrise de l’anglais est exigée dans presque 75 % des offres, l’allemand et l’espagnol étant plus rarement demandés (près de 10 % et moins de 3 % respectivement).
Il reste à savoir si la tendance à la hausse observée en 2004 va se confirmer en 2005. Manpower anticipe un recul des recrutements au premier trimestre 2005 par rapport au quatrième trimestre 2004, particulièrement en Île de France, même si le solde net demeurera positif à l’échelle nationale (+ 2 %). Ce chiffre est plus pessimiste que celui prévu l’an dernier à la même date (+ 5 %). Les secteurs de l’hôtellerie-restauration, l’industrie manufacturière et les services publics seront les plus touchés, alors que le commerce, les activités financières et l’immobilier prévoient d’embaucher. Mais en 2005 comme en 2004, il est très probable que les achats tirent un peu mieux leur épingle du jeu.

 

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°286 - Octobre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play