Publicité

Publié le 10/09/2015 - Par la rédaction

Sous-traitance : une reprise au ralenti

Après deux années de recul, la sous-traitance industrielle affiche une légère reprise en 2014, qui reste à amplifier en 2015. Elle profite notamment de la chute du pétrole et de l’appréciation du dollar.

A l’approche de l’édition 2015 du Midest, les organisateurs du salon ont présenté un point sur la conjoncture de la sous-traitance industrielle. Après deux années de recul, celle-ci progresse en 2014 de 0,63 % à l’échelle de l’Europe des quinze, à hauteur de 392,27 milliards d’euros (dont 126,57 milliards d’euros pour l’Allemagne, 66,64 milliards d’euros pour la France et 42,18 milliards pour l’Italie). Cette reprise au ralenti devrait s’amplifier sur l’année 2015.

En effet, la sous-traitance semble profiter de l’atténuation des restrictions budgétaires et de deux facteurs exogènes porteurs : la chute du pétrole (et de la plupart des matières premières) et le raffermissement du dollar. Le baril d’or noir stagne depuis plusieurs mois en dessous des 50 dollars, alors qu’il a caracolé au dessus des 90 dollars ces quatre dernières années, avec des pics autour de 110 dollars. Un effet d’aubaine pour l’allègement des coûts des entreprises et la modération des prix.

De son côté, la monnaie américaine oscille ces dernières semaines entre 1,06 et 1,14 face à l’euro, contre 1,40 début 2014. La compétitivité des entreprises exportatrices s’en trouve sensiblement restaurée. Cela renchérit toutefois les produits achetés en dollars. Ainsi, près de la moitié de la chute des prix du pétrole a été atténuée par la hausse du dollar. L’économie européenne devra également faire face au ralentissement de la croissance mondiale (autour de 3 %, contre 10 % au début des années 2000) et au redéploiement de la politique économique chinoise.

Avec + 0,03 %, la sous-traitance industrielle hexagonale (30 319 entreprises, 485 146 salariés) affiche une stagnation en 2014. Avant un probable retour à la croissance en 2015, cela reste une bonne nouvelle en comparaison des deux dernières années. En prenant une base 100 en 1998, l’année 2007 constitue le sommet de la décennie 2000 à hauteur de 125,7 points, suivi de la chute de 2009 à 96,5. Le rebond de 2010 et 2011 a permis de revenir à 116,8 points, mais 2012 et 2013 ont fait retombé la courbe à 106,6.

Les secteurs qui ont connu les plus fortes croissances en 2014 sont le caoutchouc, la plasturgie, les sous-ensembles mécaniques et le décolletage. Premier débouché de la sous-traitance française (environ 30 % des ventes), l’automobile progresse de 3,08 %. Au sommet de ses capacités, l’aéronautique (21 % des ventes) gagne seulement 0,15 %. Les constructions mécaniques présentent la plus forte hausse à 9,81 %, tandis que les matériels ferroviaires, de travaux publics et agricoles reculent de 6,33 % et l’énergie de 4,34 %.

Publié le 10/09/2015 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°285 - Septembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play