Publicité

Publié le 08/06/2017 - Par la rédaction

Prestations intellectuelles : Des risques à couvrir et d’autres à prendre

Le cercle de benchmark Brapi a consacré sa dernière matinale, jeudi 8 juin, à la gestion des risques en matière d’achats de prestations intellectuelles. Un témoignage de la direction des achats d’AXA Group Solutions montre l’importance de bien régler les niveaux d’alerte.

A l’occasion de la Matinale Brapi consacrée aux risques liés aux achats de prestations intellectuelles et aux startups, jeudi 8 juin à Paris, quelques informations ciblées en préambule ont permis d’éveiller l’attention des responsables achats de prestations intellectuelles présents. Selon un récent sondage effectué auprès de ses membres par Brapi, les Achats ne peuvent que rarement espérer de l’aide sur ce sujet. Dans 97 % des cas c’est le service achats de prestations intellectuelles qui définit les indicateurs de gestion des risques fournisseurs en matière d’achats de prestations intellectuelles. La direction des achats intervient dans 73 % des cas, la DSI dans 43 % et les risques managers et (ou) la direction administrative et financière dans 20 % des cas seulement.

Des risques dont le fondateur d’e-attestations, Emmanuel Poidevin a rappelé les principaux : délit de marchandage, prêt illicite de main-d’œuvre, travail dissimulé. « Il y a relativement peu de condamnations au pénal, mais énormément de conciliation avec des pénalités élevées à la clef pour les entreprises », prévient Emmanuel Poidevin.

Pour travailler sur ce sujet, le directeur achats d’AXA Group Solutions (filiale informatique d'AXA pour tous les projets partagés, 160 millions d'euros d’achats par an), Alexandre Dard, a eu la chance d’être accompagnée d’un point de vue méthodologique par une risque manager de la direction risque et sécurité, Claire Bentz. Elle a encadré la préparation du rapport de quantification des risques auquel la direction des achats doit contribuer pour satisfaire aux exigences de la réglementation Solvancy 2. Son travail s’est déroulé en sept étapes : établissement du contexte ; identification des risques ; analyse des risques (conséquences, probabilité, niveau) ; évaluation du risque ; traitement du risque ; communication et coordination ; et enfin monitoring et revues régulières.

 

Des risques achats provisionnés

Après avoir travaillé pendant un an à l'identification et à la quantification des risques résiduels et la mise en place d’alertes, la risque manager et le directeur achats s’appliquent désormais à régler plus finement les seuils au-delà desquels ces alertes se déclenchent. « La définition des seuils de risques est importante parce que le groupe doit provisionner des fonds pour couvrir ces risques potentiels. Il y a un impact direct sur les fonds propres », explique Alexandre Dard.

Reste tout de même un sujet sur lequel la direction des achats a accepté la notion de risque, c’est celui des startups. « Avec les startups, du fait de l'allégement de nos contrats, nous acceptons de prendre le risque, revendique le directeur des achats d’AXA Solutions Group. Nous mettons des moyens sur la table et, dans le pire des cas, nous acceptons l’idée de tout perdre. Le seul risque que nous allons gérer de manière systématique avec une startup c'est celui de propriété intellectuelle. Nous ne pouvons pas investir massivement sur une solution sans avoir clarifié ce point ». Pour pouvoir être le premier à saisir une solution innovante lorsqu’elle est aboutie et ouvertement commercialisée Alexandre Dard dispose même d’une carte bancaire plafonnée à 30 000 euros qui lui permet par exemple d’acheter une licence en ligne sans contrat ni commande.

Publié le 08/06/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°283 - Juin 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play