Publicité

Publié le 21/01/2016 - Par la rédaction

Obsar : des indicateurs achats responsables lacunaires

A quelques jours de la clôture de son 6e Baromètre achats responsables, l’Obsar a présenté une étude sur les indicateurs achats responsables lors de la soirée d’anniversaire de ses cinq ans.

Un peu plus de cinq ans après sa création l’Observatoire des achats responsables (Obsar) compte à son actif une enquête annuelle – le Baromètre des achats responsables – ; cinq groupes de travail – relations donneurs d’ordres TPE/PME, achats socialement responsables, définition et pratiques du mieux-disant, indicateurs et mesures de reporting, coût et création de valeur – ; des publications régulières et une influence directe dans la normalisation (voir pages 10 et 11) et la réglementation sur les marchés publics.

Comme un avant-goût du 6e Baromètre achats responsables en cours de finalisation, les membres de l’association ont présenté lundi 18 janvier les résultats d’un sondage auquel ont participé les organisations achats de 34 entreprises adhérentes sur leurs indicateurs achats responsables. Le sujet est sensible puisque le manque d’indicateurs de suivi des objectifs a souvent été désigné comme le talon d’Achille des politiques achats responsables. Force est de constater que la liste des principaux indicateurs déployés révèle des manques criants.

Pourtant les répondants, tous membres de l’Obsar représentent un échantillon naturellement très sensibilisés à la question. Ils sont d’ailleurs 88 % à avoir déployé des indicateurs. Mais les principaux indicateurs utilisés ne portent que sur des applications très partielles de la RSE. Le plus déployé en moyenne concerne les délais de paiement fournisseurs (65 %). Le deuxième porte sur les montants d’achats réalisés auprès du secteur protégé et adapté (53 %), qui arrive à parts égales avec un indicateur mesurant la proportion d’acheteurs ayant fait l’objet de mesure de sensibilisation aux achats responsables (53 %). Viennent ensuite des indicateurs mesurant la part des dépenses réalisées auprès de PME (44 %) et la part des dépenses réalisées auprès d’entreprises implantées en France (41 %).

En revanche, le suivi d’objectifs impactant plus en profondeur la politique achats, comme l’intégration de critères TCO dans les consultations ou l’intégration de critères RSE dans les cahiers des charges, demeurent minoritaire. Ainsi, moins d’un répondant sur trois (29 %) mesure la part des cahiers charges intégrant des spécifications RSE et des critères RSE, alors que 92 % du panel juge cet indicateur pertinent.



Publié le 21/01/2016 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°280 - Mars 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play