Publicité

Publié le 23/09/2013 - Par la rédaction

Midest : la sous-traitance industrielle loin de l’euphorie

Alors qu’au même moment le chef de l’Etat et les grands patrons rêvaient à l’avenir radieux de l’industrie française (Cf. la présentation des 34 plans industriels), la conférence de presse de présentation du Midest 2013 apportait une photographie moins enthousiasmante du terreau industriel français à travers l’état des lieux des sous-traitants.

Avec un peu plus de 7 000 exposants et 40 000 visiteurs attendus, le Salon de la sous-traitance industrielle demeurera cette année encore dans les limites basses de fréquentation où l’a entraîné la crise de 2008. A l’image du moral toujours en berne des chefs d’entreprise, le nombre d’exposants français est d’ailleurs cette année en baisse de 10 %, avec notamment un moindre investissement de certaines régions, comme l’Île-de-France, l’Alsace, ou encore l’Auvergne, qui réduisent la voilure sur leurs stands. Avec un millier d’exposants, les sous-traitants français représentent tout de même 60 % du total. Outre l’Afrique du Sud, invité d’honneur de cette édition, ce sont surtout les pays d’Europe de l’Est qui accroissent leur présence. « L’engouement des pays asiatiques s’est largement tassé. Les entreprises de ces pays ont de plus en plus tendances à se concentrer sur leurs marchés », constate Sylvie Fourn, directrice du pôle industrie, environnement et santé du Midest.

Côté français, il est vrai que les chiffres de l’année 2012 ont dû donner à certains l’envie de couper dans les dépenses. Les sous-traitants industriels français sont désormais 30 333 et on réalisé en 2012 70,71 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulés, en recul de 2,93 % sur un an. Ceci alors que la pression sur les prix a été très modérée, affichant toutes catégories de produits confondues une hausse de 0,21 %. Peut-être plus modérés dans leurs négociations, les clients voient leur poids respectifs évoluer, l’automobile en particulier n’en finissant plus de réduire ses commandes. Si ce secteur reste le premier donneur d’ordres avec 30,5 % des commandes, il a perdu 10 points depuis 2004. En valeur absolue, le secteur aéronautique spatial et armement a en revanche gagné 4 % sur un an. Les autres secteurs dynamiques étant l’énergie (+1,6 %) et les constructions mécaniques (+1,2 %). L’énergie sera d’ailleurs le marché à l’honneur de l’édition 2013 du Midest, avec notamment le témoignage de plusieurs grands comptes tels qu’EDF.

Pour ce qui est des perspectives, l’économiste Daniel Coué a tout de même avancé l’hypothèse d’une reprise sans euphorie. « Après un premier trimestre maussade prolongeant la tendance négative observée fin 2012, nous constatons un rebond au deuxième trimestre, autour d’avril, avec un pic en juin, indique-t-il. En 2013, le contexte semble plus favorable, en effet le marché mondial repart et le dollar également. On peut donc s’attendre au moins à une reprise technique fin 2013 et début 2014 ».

 

Midest 2013, du 19 au 22 novembre à Villepinte.

Publié le 23/09/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°283 - Juin 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play