Publicité

Evénement Industries

Actualité

Publié le 09/07/2013 - Par la rédaction

Médiation : Arnaud Montebourg en appelle au patriotisme des acheteurs

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et le médiateur des Relations interentreprises, Pierre Pelouzet, ont convié à Bercy les directeurs achats des entreprises du CAC40 pour les exhorter à acheter français.

Une vingtaine de directeurs achats de groupes du CAC40 ont répondu à l’invitation d’Arnaud Montebourg à Bercy, lundi 8 juillet, pour évoquer leur responsabilité dans le redressement de l’économie française et débattre de la question du patriotisme économique. Un débat organisé à huis clos, mais précédé de la signature de la charte par le groupe Vivendi, 400e signataire et 28e groupe du CAC40, représenté par son directeur de la communication et des affaires publiques, Simon Gillham.

Sans reprendre les accents martiaux de son prédécesseur Jean-Claude Volot, le médiateur des Relations interentreprises Pierre Pelouzet a toutefois accueilli ses anciens confrères directeurs achats avec sévérité en leur rappelant qu’en dépit de leurs efforts, « les retours que la médiation recueille auprès des PME restent très mitigés ». Et de rappeler les manquements graves à la charte qui perdurent : des retards de paiement « endémiques », à l’origine de 25 % des faillites, des ruptures brutales de relation commerciale, des spoliations de propriété intellectuelle et des abus de position dominante se traduisant notamment par « un racket au CICE » (Crédit impôt compétitivité emploi).

Mais au-delà de ces incidents « destructeurs de valeur et de confiance », c’est avant tout l’implication des grands groupes dans l’« acheter français » qui est désormais en cause. « La question de l’entraide patriotique est la question qui nous est posée », a ainsi enchaîné sans détour, le ministre du Redressement productif. Ce dernier soufflant le chaud et le froid en rappelant que si « la France est deuxième du classement Forbes des 100 entreprises les plus innovantes, c’est grâce à ses grands groupes », mais aussi qu’il demeure « des parents pauvres ». Invitant ses interlocuteurs à « partager leur oxygène » avec les PME françaises pour qu’elles deviennent des ETI et les ETI des grands groupes, Arnaud Montebourg a présenté cet effort comme « le retour justifié d’une alliance qui a eu lieu dans la phase de croissance de nos grands groupes et qui doit trouver une juste restitution ». Il a d’ailleurs cité plusieurs entreprises redevables vis-à-vis de la France : EADS (signataire), Alstom (signataire), Renault (non-signataire) ou encore Carrefour (non-signataire).

Cette réunion s’inscrit dans le droit fil de la promotion de la marque France et de la mise en valeur des relocalisations dans laquelle Bercy s’investit actuellement. Un logiciel baptisé Colbert 2.0 devrait bientôt être proposé aux entreprises afin de leur permettre de calculer leur potentiel de relocalisabilité. Pierre Pelouzet a également indiqué à ses interlocuteurs qu’il pourrait servir d’aide aux calculs en coûts complets et mettre ainsi en valeur la pertinence économique des sourcing de proximité.

Publié le 09/07/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°282 - Mai 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play