Publicité

Publié le 10/03/2016 - Par la rédaction

Forum des achats responsables : plus d'éthique, plus de circularité

Début mars, le neuvième Forum des achats responsables a notamment mis en lumière les process destinés à lutter contre la corruption et les initiatives incarnant le concept d’économie circulaire.

Organisée par Marc Dumas et l’Obsar, la neuvième édition du Forum des achats responsables a réuni plus de 300 personnes le 8 mars au pavillon Daunou à Paris. La matinée était consacrée à trois axes de progrès : l’éthique, l’achat social et l’économie circulaire. Thématiques plus prospectives, les critères du mieux-disant et la future norme ISO 20400 (lire La Lettre des Achats n°246) ont jalonné l’après-midi. Les résultats du dernier baromètre de l’Obsar (lire La Lettre des Achats n°247) ont rythmé toute la journée et alimenté les différentes tables-rondes. Comme à son habitude, le forum a donné la parole à de nombreux managers achats et fournisseurs. Certains ont particulièrement retenu notre intérêt.

La France, en retard sur l’éthique

En matière d’éthique, tous les intervenants ont souligné l’importance de mettre en place des process robustes pour lutter contre la corruption à tous les étages de l’entreprise. Ne serait-ce que pour faire face au durcissement des législations nationales qui ont une portée extraterritoriale (Etats-Unis, Chine, Italie…) et à la future loi Sapin 2 dans l’Hexagone. Alors que la France se positionne en haut des classements relatifs à la RSE, elle affiche un certain retard en matière d’éthique dans les affaires, loin derrière les pays scandinaves et anglo-saxons. La Médiation des entreprises a tout de même recensé 59 bonnes pratiques chez les premiers lauréats de son label, parmi lesquelles : formaliser des règles pour l’ensemble de l’entreprise, préciser la nature des conflits d’intérêts, nommer des garants, rendre visible les engagements, élaborer des formations spécifiques ou encore effectuer des contrôles fréquents.

L’Obsar souligne d’ailleurs que ces dimensions restent trop souvent absentes des démarches d’achats responsables, alors que la fonction achats est en première ligne – aux côtés des prescripteurs – des différentes formes de corruption de la part des fournisseurs. « Chez Allianz, la charte éthique concerne l’ensemble du groupe, mais les acheteurs disposent en plus d’une charte déontologique (qui établit la tolérance zéro), car ils subissent beaucoup de pressions. Nous avons réalisé une cartographie des risques de corruption, des cadeaux aux sommes d’argent, en passant par les voyages, les invitations au restaurant, aux événements sportifs ou aux spectacles », relate Jean-Luc Durand, responsable achats RSE de la filiale française de l’assureur allemand.

Des pratiques anti-corruption

Au sein du groupe La Poste, les cadeaux et autres invitations (reçus ou donnés) doivent être déclarés et font l’objet d’un barème. Au-delà d’un certain montant, l’accord du chef de service devient nécessaire. Un système d’alerte permet également aux employés de signaler les cas litigieux. Une acheteuse a par exemple averti que son mari était manager et actionnaire chez un fournisseur, en position de mieux-disant sur un marché à 20 millions d’euros. Pour la protéger, elle a été dessaisie du dossier. Dans l’assistance, plusieurs responsables achats ont mentionné d’autres pratiques pertinentes, notamment la déclaration du portefeuille d’actions, les déjeuners systématiquement payés par l’entreprise cliente et les cadeaux redistribués en interne et en externe auprès d’associations.

En ce qui concerne l’économie circulaire, la France est moins en retard. Les entreprises agissent, car elles ciblent le potentiel d’économies et de sécurité des approvisionnements en matières premières et composants.


(Lire la suite de cet article dans La Lettre des Achats du mois d'avril)

Publié le 10/03/2016 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play