Publicité

Publié le 07/02/2015 - Par la rédaction

EDF : faire la part belle aux PME innovantes

EDF a tenu la deuxième édition de son Forum PME et Innovation, organisé conjointement par la R&D et les achats. L’occasion de multiplier les rencontres entre ses différents métiers et presque 170 entreprises innovantes, sans perdre le fil du business.

La Maison de La Chimie a dernièrement à nouveau accueilli une journée consacrée par EDF aux PME innovantes. Selon la formule inaugurée fin 2013, les invitations avaient été lancées en étroite collaboration avec le Comité Richelieu, fort de 350 membres et d’un réseau de 4 500 entreprises d’innovation et de croissance. Au total, l’événement a mobilisé plus de 250 personnes, en additionnant les 70 représentants de toute la palette des métiers d’EDF et ceux des 170 PME conviées.

Une conférence plénière a d’abord permis à Bernard Salha et Bruno Crescent, directeurs R&D et achats du groupe, de souligner l’importance des relations qu’EDF s’efforce de tisser depuis près de trois ans avec des PME et des ETI (entreprises de taille intermédiaire). Leur contribution à l’innovation est jugée essentielle pour accompagner le développement et l’évolution des différentes activités, aux côtés d’une R&D interne d’environ 2 100 personnes et dotée d’un budget de 500 millions d’euros.

Ajuster les relations fournisseurs


Miser ainsi sur l’innovation externe place les acheteurs en première ligne. « L’enjeu est d’aider et d’aiguillonner l’émergence de solutions et de techniques nouvelles. Au-delà du sourcing, il s’agit pour les achats d’assurer une respiration dans le dispositif des relations fournisseurs pour tisser des relations avec les PME en question », explique Bruno Crescent, relevant au passage la propension naturelle des métiers et des prescripteurs au conservatisme dans leurs choix de fournisseurs. Notamment dans un grand groupe comme EDF, avec une forte culture technique et des impératifs de sureté, et une qualité de services scrutée par tout le monde.

« Une autre difficulté tient à la complexité de nos process achats, qui peut être un écueil pour engager la relation avec ces entreprises en devenir, qu’il ne s’agit pas forcément de jauger en terme de références clients ou de ratios financiers. Ni de décourager par la forte dimension juridique qu’ont pris les achats, ou la longueur des process de contractualisation », poursuit Bruno Crescent. Parallèlement à l’ajustement de ces process achats, il compte aussi sur la récente évolution de la réglementation des appels d’offres européens, qui intègre la spécificité du critère d’innovation.

Un panel clairement ouvert


Le Forum PME et Innovation participe ainsi d’une claire volonté d’élargir le panel fournisseurs de la part du directeur des achats d’EDF. Sur la douzaine de milliards d’euros directement négociés par les achats du groupe, un tiers relèvent désormais des ETI et des PME, dont 2,6 milliards pour ces dernières. Elles comptent d’ailleurs pour environ 33 000 des 41 000 fournisseurs d’EDF.
« Toutefois, au-delà des chartes et engagements signés sur le sujet, ce Forum PME & Innovation ne relève pas de la philanthropie mais poursuit clairement des objectifs business », considèrele directeur de la R&D. Le déroulé de la journée allait le montrer, une batterie d’ateliers permettant aux différents métiers ou projets du groupe de présenter leurs enjeux et leurs besoins aux PME présentes. Cette étape innovait par rapport à la première édition, et a favorisé l’efficacité des échanges personnalisés de l’après-midi. Au son d’un gong tous les quarts d’heure, près de 150 rencontres se sont enchainées, pour que les PME présentent leurs services à quatre ou cinq représentants des métiers.
Cette formule de speed-dating avait débouché sur un rendez-vous en bonne et due forme pour une PME sur deux l’an dernier. Et dans l’année qui a suivi, une douzaine d’entre-elles ont signé un premier contrat avec EDF, voire plusieurs. Soit un taux de transformation un peu inférieur à 10 %. L’un des enjeux de cette deuxième édition était d’ailleurs de fiabiliser le suivi de l’événement dans une optique business, au-delà du classique questionnaire de satisfaction. Les différentes actions engagées pourront être suivies via une plateforme spécialement déployée par la R&D.

Publié le 07/02/2015 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°265 - Novembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play