Publicité

E-achat Evénement

Actualité

Publié le 12/11/2015 - Par la rédaction

E-ACHAT : DETERMINE, UN NOUVEAU NOM POUR UNE FUSION A TROIS

Selectica, Iasta et B-Pack se regroupent sous une seule et même bannière, Determine [Prononcer Dieter-Mine], mieux, sous une seule et même plateforme, celle élaborée par le français B-Pack. Le 5 novembre dernier, les fidèles du circuit e-achat (environ 200 inscrits ce jour-là) ont assisté à la grande première parisienne (au Peninsula Hôtel) du nouveau trio (gestion des contrats, sourcing et Procure to Pay).

Pour présenter cette nouvelle fusion trois en un, les dirigeants avaient fait le déplacement. Et pour s’être bien réparti la tâche, c’est un duo qui a impressionné. Le matin, Patrick Stakanas, le CEO (venu de Selectica) traçait les perspectives du nouveau groupe. L’après-midi, Julien Nadaud (ex-B-Pack), désormais promu Chief Product Officer, montrait les atouts d’une plateforme entièrement web oriented (SaaS), capable de plugger autant de nouveaux modules que nécessaire à mesure que se développera le nouvel éditeur.

Des convictions

Aujourd’hui, Determine, dont le siège est à San Francisco, pèse 35 millions de dollars, emploie 200 personnes (dont 60 en France) et revendique près de 300 clients. La société, cotée au Nasdaq, n’est pas encore profitable mais espère le devenir dès 2016. Patrick Stakanas pense aussi atteindre d’ici deux ans les 50 millions de dollars de chiffre d’affaires et au-delà pouvoir doubler ce chiffre. Le cap est fixé : cette croissance sera pour moitié organique et pour l’autre moitié passera par des acquisitions. Une brique manque à l’édifice : l’analyse des dépenses (spend management). Et il connait déjà le prochain lauréat de sa shop list. «Le marché du procure to pay, du sourcing et du contrat management est porteur, il est évalué à 7 milliards de dollars et la part des full suite croît en moyenne de 12% par an », assure-t-il. Et à la question : est-il capable d’aller encore plus vite ? « Certainement, répond-il en substance et de marteler les convictions de l’entreprise : « Nous avons une vision. Nous croyons qu’une plate-forme SaaS comme la nôtre, de conception récente, ouverte, est capable d’aider nos clients à transformer leur processus, à maîtriser leurs coûts, gérer leurs risques et trouver de nouvelles perspectives de développement. La technologie est là qui va bouleverser la façon de travailler ! ». Née en 2000, l’entreprise qui développait à l’origine des configurateurs e-commerce (on promise, c’est-à-dire installés chez les clients) a su évoluer vers des contenus métier en mode cloud, depuis le contrat management porté par Selectica jusqu’à une véritable suite achat, après l’intégration de Iasta et de B-Pack. Pour ses dirigeants, elle a conservé son état d’esprit start-up qui lui permet encore toutes les évolutions possible.

Une plateforme unifiée

La journée s’est déroulée au rythme de présentations soit ciblées sur des cas clients (laboratoires Cerba, Norauto, Leroy Merlin) soit plutôt décalée (les enjeux de la négociation par un ancien du GIGN ou la gestion des risques par un spécialiste de l’intelligence économique). L’autre intervention à retenir l’attention a été celle de Julien Nadaud. Basé depuis longtemps à Atlanta (US), porteur des développements techniques de la plate-forme ex-B-Pack, adepte d’Amazon Web Service (la filiale informatique d’Amazon), le nouveau responsable du développement produit de Determine a mis l’accent sur les points fort de sa solution : une plateforme unifiée pour tous les modules proposés, une suite basée sur un moteur de process (et non pas simplement un moteur de workflow), conçue pour faciliter l’expérience client, promettant intégration, paramétrage et déploiement plus rapides, avec des mises à jour continu, disponibles pour tous les clients. Du vrai SaaS s’agissant du moteur des applications, un seul et même ensemble technique pour tous les clients, même si les données sont hébergées séparément (avec sur ce plan-là, une assurance donnée notamment aux clients européens de bien héberger leurs applications sur le continent). Une promesse aussi d’offrir des coûts d’exploitation plus bas. Autre point sur lequel a insisté le concepteur : un usage plus simple, à la fois pour les utilisateurs comme les exploitants. Autrement dit, des paramétrages plus autonomes pour les clients avec des recours moins nécessaires (Ndr : ou moins longs ?) auprès de consultants extérieurs notamment. Dans cette intervention se retrouvaient d’ailleurs tous les fondamentaux du marché quels que soient les éditeurs : du cloud, de l’ergonomie utilisateurs, tout type de support y compris mobile, du responsive design (tout type d’écran). Dans l’air du temps aussi, la capacité de générer des bibliothèques d’applications complémentaires voire d’accéder à des services extérieurs ou encore du contenu spécifique pour développer les savoir-faire des utilisateurs. Les différents modules restent dans tous les cas on demand et l’ensemble ne veut pas se résumer à une full suite précisément en raison de son ouverture vers l’extérieur. Parmi les partenaires figure ainsi Tradeshift (Ndr : une plateforme de gestion de fournisseurs).

Autre idée clé pour soutenir la démonstration : c’est la donnée qui est essentielle dans toute application. Elle doit pouvoir circuler de façon fluide et sécurisée. Et tout  aussi important : quelle que soit sa provenance ou encore sa destination. C’est ce que l’on pouvait projeter. En quelques sorte, l’argument de la solidité des données emportait la conviction d’un système ouvert aux échanges et robuste. Des données structurées depuis ces méta-données qui viennent tagger le moindre document qui entre dans le système jusqu’aux capacités de calcul offertes par le big data qui mettent à la disposition des utilisateurs des outils de décision.  Avec cette conviction des dirigeants de Determine : les entreprises ne pourront pas rester isolées. Elles auront besoin de partager de plus en plus de données. Dernière information utile de la journée : la nouvelle plateforme Determine devrait être disponible en version test dès la fin de l’année avant un déploiement massif pour tous les clients au plus tard en mars 2016.

Publié le 12/11/2015 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°284 - Juillet - Août 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play