Publicité

Etude Formation Réseau

Actualité

Publié le 18/03/2016 - Par la rédaction

Compétences achats : vers une inversion des valeurs

L’étude intitulée Compétences achats et supply chain conduite par le Club achats et supply chain d’HEC avec Grant Thornton a dressé la hiérarchie des savoir-faire de demain. Mise en perspective avec ceux d’aujourd’hui, elle désigne les points à approfondir.

Le consultant achats du cabinet Grant Thornton, Marc-Antoine Sélaquet et les responsables du club achats et supply chain d’HEC ont réalisé fin 2015, une étude sur les compétences achats et l’évolution des besoins des entreprises dans les cinq années à venir. Les 265 réponses obtenues ne déçoivent pas : des changements de grande ampleur sont en effet à prévoir dans les business modèles (70 % des répondants), dans le cadre juridique (58 %), ou encore dans les technologies (60 %).

 

L’innovation et la gestion de projet

En 2016, le top 3 des savoir faire achats donne sans grande surprise en numéro 1 la négociation (72 %), suivie de la stratégie (58 %) et à la troisième place de la gestion de projets (51 %). Invités à hiérarchiser à nouveau cette liste de savoirfaire à l’horizon 2020, ce top 3 devrait passer par une légère inversion des valeurs, la stratégie montant au premier rang (61 %), devant la négociation (60 %) et la capacité à capter l’innovation s’invitant à la troisième place (60 %) légèrement devant la gestion du risque qui gagnerait tout de même au passage en importance, en passant à 58 % de citations.

En définitive, seule la capacité à négocier ne sera pas devenue plus importante entre 2016 et 2020. La captation de l’innovation deviendrait le savoir-faire le plus valorisé dans ce laps de temps, avec un écart de pas moins de 26 points entre la proportion de ceux qui la reconnaissent aujourd’hui et son importance supposée en 2020. Le savoir-faire des acheteurs en matière de digital affiche exactement le même écart d’audience de 26 points, 41 % des sondés le jugeant important en 2020, alors qu’ils ne sont pas plus de 15 % à lui reconnaître cette qualité aujourd’hui. Même destin pour le Big Data, qui ne retient actuellement l’attention que d’une infime minorité de 3 % des sondés, tandis qu’ils sont plus d’un sur cinq (21 %) à l’élire parmi les savoir faire qui compteront en 2020. A ce petit jeu des grands écarts entre aujourd’hui et demain, la connaissance des langues des pays émergents (chinois, russe…) s’adjuge la cinquième place en passant d’un minuscule 3 % à un non négligeable 15 % en 2020.

Publié le 18/03/2016 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°277 - Décembre 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play