Publicité

Conjoncture

Actualité

Publié le 22/10/2013 - Par la rédaction

Communiqué SPPRO : votre presse en péril

Cher lecteur, une fois n’est pas coutume, et avant qu’il ne soit trop tard, nous avons décidé, au nom de la Fédération Nationale de la Presse d’information Spécialisée qui rassemble plus de 1300 titres, de vous alerter sur les menaces qui pèsent sur l’avenir de votre presse.

Au nom d’une rigueur budgétaire dont nul ne conteste la nécessité, des mesures discriminatoires lourdes de conséquences risquent de vous priver très prochainement de l’accès à la connaissance qui vous est indispensable dans l’exercice de votre profession.

Hausses vertigineuses des tarifs postaux en 2014 et 2015 (+12% et +10%), renvoi aux calendes grecques de la TVA réduite sur l’information numérique, volonté délibérée de privilégier les formes de diffusion auxquelles la presse spécialisée et professionnelle ne peut avoir recours, autant de menaces qui mettent en péril l’avenir de la plupart des publications qui font partie de votre métier.

Parallèlement et de façon unilatérale, le Gouvernement privilégie la presse qualifiée « d’information politique et générale », notion abusive car discriminatoire qui permet le développement à moindre coût de publications et de marques parfois bien éloignées de la participation de ces titres à l’expression du pluralisme et du débat démocratique, dont on prétend à tort qu’elle serait seule porteuse.

Au mépris du droit du citoyen d’accéder à la transmission du savoir, aux découvertes scientifiques et technologiques, au moyen souvent unique de formation permanente pour nombre d’entre vous, la presse professionnelle voit son avenir compromis par des considérations comptables à courte vue.

N’en déplaise à certains, il ne nous est pas interdit de parler politique, cette noble activité que l’on voudrait réserver arbitrairement à une minorité de titres bénéficiaires de la quasi-totalité de l’argent public, le vôtre, le nôtre, dont nous aurons la décence de ne pas vous révéler les montants qui effraient jusqu’aux magistrats de la Cour des Comptes.

Cher lecteur, vos élus sont vos décideurs en matière d’utilisation de vos impôts : à vous de leur faire valoir combien vos préoccupations rejoignent les nôtres. Oui, nous participons à part entière au débat démocratique. L’accès à l’innovation et au savoir sont des conditions essentielles de l’exercice du droit inaliénable de l’expression politique.

Face à la tentation de l’indifférence et de l’abstentionnisme, face à la montée de l’extrémisme et du refus des institutions, face à la lente désespérance qui gangrène notre société, notre presse est un rempart irremplaçable pour préserver ce lien social aujourd’hui bien distendu.

Encore faut-il que nous ne soyons pas condamnés à disparaître au nom d’impératifs budgétaires discriminatoires et mortifères.

Publié le 22/10/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°282 - Mai 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play