Publicité

Publié le 13/12/2012 - Par la rédaction

Carte d’achat : les projets toujours tirés par le public

Alors que les projets de cartes d’achat marqueraient le pas dans le secteur privé, avec un total d’environ 300 millions d’euros couverts, l’Etat et les acteurs publics locaux affichent une bonne dynamique, dix ans après le lancement des premières expérimentations.

Les chiffres concernant le secteur public pour 2011, dévoilés à l’occasion de la quatrième édition des Etats généraux de la carte d’achat qui s’est tenue lundi 10 décembre, sont sans ambiguïté : une progression de 125 % des flux, avec plus de 570 500 transactions réalisées, et de 81 % du montant total des achats gérés par carte, à 170,8 millions d’euros. « Cette forte progression est surtout du fait de l’Etat, qui joue un rôle moteur depuis 2010 », a commenté Solange Ligeret, secrétaire général de l’Apeca, l’Association des professionnels européens de la carte d’achat et de la transaction dématérialisée, coorganisatrice de la journée. Ajoutant que « la carte n’est pas une verrue, mais un outil qui s’intègre dans les systèmes d’information achats-finances et contribue à la dématérialisation des processus ».  

En 2011, en effet, le nombre de transactions par carte d’achat dans la sphère étatique a été multiplié par quatre (348 200 opérations) et le montant par trois (104,7 millions d’euros), concernant à 95 % les ministères de la Défense, des Finances et de l’Intérieur. Avec quelque 700 programmes actuellement en cours, et surtout le redémarrage attendu des projets suite au renouvellement de l’accord-cadre avec BNP Paribas qui arrivait à échéance début 2013, la barre des 140 millions d’euros devrait être dépassée cette année. Soit dix fois plus qu’en 2009 !

Du côté de la sphère publique locale, le nombre de transactions a progressé de « seulement » 32 % (222 300 opérations) en 2011, et le montant de 18,9 % (66 millions d’euros). Le dynamisme des communes et des EPCI (2,7 milliards d’euros d’achats récurrents) a permis d’atteindre un total de 257 programmes, en hausse de 13,7%. « C’est une progression significative, mais la plus faible depuis 2008 », a souligné Laurent Fabregat, chef de secteur à la DGFiP (Direction générale des finances publiques), espérant un sursaut des hôpitaux, dont le poids dans l’ensemble des programmes (7 %) a fléchi. Un espoir d’autant plus légitime que le niveau de leurs achats récurrents (9,1 milliards d’euros), notamment en produits pharmaceutiques et en matériel médical, permettrait de réaliser de substantielles économies sur les traitements, en plus d’optimiser des flux.

En clôture des Etats généraux, quatre organismes se sont vus remettre un Trophée 2012 de la carte d’achat : le SDIS du Tarn (catégorie : Acheteurs publics, Secteur public local), le SCAT du ministère de la Défense (Acheteurs publics, Etat), la MSA 49 (Acheteurs privés), l’Ugap (Fournisseurs) 

Publié le 13/12/2012 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°282 - Mai 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play