Publicité

Actualité

Publié le 03/06/2005 - Par la rédaction

Transport aérien : le secteur se penche sur sa santé

Le secteur aérien devrait à nouveau connaître une année sombre. Après un passif collectif de 4,8 milliards de dollars en 2004, les compagnies aériennes pourraient accuser une perte de 6 milliards, contre les 5,5 milliards initialement annoncés.

C’est du moins la prévision annoncée lundi à Tokyo par l’Association internationale du transport aérien (IATA) dont les 265 compagnies membres représentent 95 % du trafic mondial. Ce trafic mondial a beau avoir connu une progression de plus de 8,7 % pour les quatre premiers mois de 2005, la rentabilité n’a pas été au rendez-vous, plombée par les coûts du kérosène. Pour transformer les hausses du trafic en bénéfices, le président de l’IATA en appelle aux gouvernements qu’il considère comme responsables des pertes accumulées par les compagnies aériennes. Principal grief : l’inefficacité du contrôle aérien, source de difficultés d’écoulement du trafic et de retards. C’est notamment le cas en Europe, en l’absence d’un « ciel unique » qui mettrait fin à la fragmentation du continent en une multitude d’espaces nationaux. Coût de cette lacune ? 4,4 milliards de dollars. Selon l’IATA, les gouvernements s’ingénient en outre à distordre la concurrence par des subventions accordées indirectement aux compagnies à bas tarifs et au ferroviaire. En attendant, c’est du côté des compagnies que vont venir les tentatives pour restaurer une rentabilité perdue. L’IATA exhorte ainsi ses membres à utiliser davantage les nouvelles technologies. Dès 2007, seront généralisés les billets électroniques. Économie prévue : 3 milliards de dollars par an.

Publié le 03/06/2005 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play