Publicité

Actualité

Publié le 29/04/2005 - Par la rédaction

Textile : le revers de la médaille chinoise

La guerre du textile aura-t-elle lieu ? Rien n’est moins sûr. L’Europe tarde à mettre en place les mesures de sauvegarde réclamées par les industriels.

L’Europe s’interroge sur l’opportunité de se mettre à dos le plus grand marché du monde. La question que doit se poser clairement Peter Mandelson, le commissaire européen au commerce, est de savoir s’il faut sacrifier le secteur textile européen, quitte à obtenir des contreparties commerciales de la part de Pékin. Confrontés à l’explosion des exportations chinoises depuis le 1er janvier, les États où ce secteur reste important, comme la France, l’Italie ou le Portugal, font certes pression sur Bruxelles. Et la Commission européenne vient d’ouvrir une enquête sur neuf produits pour lesquels cette explosion est particulièrement marquée, comme les pulls (+ 534 % pour le premier trimestre en glissement annuel) ou les pantalons (+ 413 %). Mais il y a encore loin d’ici à l’enclenchement des clauses de sauvegarde prévues par le protocole signé par Pékin lors de son adhésion à l’OMC en 2001. Pour le moment, Peter Mandelson privilégie plutôt les consultations informelles avec Pékin. Car l’Union européenne a certainement plus à perdre qu’à gagner dans cette affaire. Pékin l’a annoncé clairement en début de semaine : la Chine n’acceptera par un virage protectionniste de la part de l’Europe et des États-Unis sans réagir. Les acheteurs, eux, ont déjà décidé avec leur porte-monnaie : le textile, c’est la Chine, plus l’Europe.

Publié le 29/04/2005 - Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play