Publicité

Publié le 27/03/2020 - Par La rédaction

Pierre Pelouzet (Médiateur) : « Il ne faut pas faire porter le poids du problème sur les petits fournisseurs »

Face à une explosion des saisines reçus par la Médiation des entreprises pour des cas de retards de paiement et de ruptures de contrats abusives, un comité de crise associant les principales organisations patronales et les réseaux consulaires a été mis en place pour qualifier et traiter ces dérapages. Entretien avec le Médiateur.

Dans quelles proportions vos services ont-ils perçu les premiers symptômes de tension économique ?

Nous avons enregistré en une semaine, entre les mercredis 18 et 25 mars, l’équivalent d’un mois et demi de saisines, soit 150 saisines pour des retards de paiement ou des ruptures brutales de contrat sans dédommagement. Nous avons également recueilli des centaines de questionnements en ligne qui peuvent déboucher sur saisines. Les signalements explosent de partout. La Banque de France reçoit par exemple énormément de signalements de traites qui étaient acceptées et sont à présent bloquées. Bruno Le Maire, nous a missionné, mon collègue Médiateur du crédit et moi, pour monter un comité de crise sur le sujet avec l’Afep, le Medef, la CPME, L’U2P, les chambres de commerce, les chambres de métiers et la DGCCRF. D’autres sont associés à cette remontée d’information, comme Pacte PME, Croissance Plus, ou encore le CJD. Nous allons faire remonter toutes les informations consolidées vers ce comité, de manière à pouvoir mieux dès la semaine prochaine mieux qualifier les problèmes, s’ils pointent vers un secteur, un type d’entreprises en particulier…

Quelles mesures envisagez-vous pour contrer ces abus ?

Nous allons d'une part mettre en avant les bons comportements. Chez Orange, par exemple, Stéphane Richard a annoncé qu’il mettait tout en œuvre pour payer ses fournisseurs plus tôt que nécessaire ses fournisseurs. D’autres entreprises ont également pris ce genre de mesures, telles que L'Oréal, Carrefour ou encore Jouve, l’entreprise de Thibault Lanxade. Mais nous devons aussi pouvoir intervenir directement auprès de ceux qui ne jouent pas le jeu, qui ne seraient pas solidaires. Avec les organisations patronales et consulaires dans la discussion, je pense que nous pouvons avoir un certain poids pour les convaincre de redresser la barre.

L’Etat fait tout ce qu’il faut pour aider les entreprises, il ne faudrait pas que tout cela soit gâché par des gros clients qui ne paient pas. Quand on voit que l’on peut avoir jusqu’à 25 % de son chiffre d’affaires en prêt à plus d’un an, garanti par l’Etat, je pense qu’il vaut mieux utiliser cela plutôt que de ne pas payer ses fournisseurs. Il ne faut pas faire porter le poids du problème sur les petits fournisseurs.

La médiation est née de la précédente grande crise. Êtes-vous mieux armé aujourd’hui ?

En effet, nous avons appris des choses en 2008. La Médiation des entreprises, la Médiation du crédit ont été créées. Ce sont deux points de vigilance sur lesquels il n’y avait pas de réponse en 2008 et sur lesquels il y en a une aujourd’hui. J’espère que cela va nous aider à mieux passer cette crise là que la précédente.

Les têtes de filières sont-elles capables d’apporter une réponse collective ?

Beaucoup de travail a été fait sur les comités de filières. Bien sûr j’ai beaucoup travaillé sur le ferroviaire, un secteur dans lequel j’ai passé une grande partie de ma vie professionnelle. L’aéronautique reste également une filière solide et c’est le cas de beaucoup d’autres. Certaines sont plus récentes, mais toutes nous soutiennent, de même que Philippe Varin, président du CNI (Conseil national de l’industrie) qui porte ces filières. Nous allons donc aussi les utiliser autant que nécessaire.

Avez-vous les effectifs suffisants pour répondre à ce surcroît de sollicitation ?

Nous avons une vingtaine de permanents de la Médiation, une soixantaine de médiateurs en région et nous sommes en train de faire appel à d’autres bénévoles que nous avions en réserve. J'ai la chance d'avoir beaucoup de bénévoles qui nous ont appelés au fur et à mesure des années.



Photo : Images Charte et Label (montage) - Pierre Pelouzet - Site Le médiateur

































Publié le 27/03/2020 - Par La rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°297 - Octobre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play