Publicité

Actualité

Publié le 27/05/2005 - Par la rédaction

Pays à bas coûts : la Chine s’impose aux acheteurs

Pour les entreprises françaises, la tendance à aller sourcer dans les pays à bas coûts, et plus particulièrement en Chine, devrait s’accentuer dans les années à venir. C’est le constat d’une enquête de Dragon Sourcing, spécialiste du sourcing en Chine.

D’ores et déjà, 47 % des entreprises interrogées ont de cinq à plus de dix ans d’expérience du sourcing dans les pays à bas coûts. Pour la Chine, ce pourcentage est de 36 %. Dans les deux cas, seuls 12 % et 29 % des sondés n’ont pas d’expérience sur le sujet. Et la part des achats réalisés en France ou dans les pays à hauts coûts de main-d’œuvre, Europe de l’Ouest, États-Unis et Japon, devrait continuer à décroître : dans ces trois régions du monde, elle passera de 72 % à l’heure actuelle à 58 % dans trois ans. Sur la même durée, la part achetée dans les pays à bas coûts augmentera de 28 % à 42 %.
Autres chiffres : la part des achats réalisés en France d’ici à trois ans passerait de 33 % à 26 %, au bénéfice des pays à bas coûts avec une part de 67 % à 74 %. En termes de catégories d’achats, les produits en plastique et en caoutchouc, le textile, le cuir et l’habillement, les semi-conducteurs et les composants électroniques, ainsi que les équipements électriques sont concernés au premier chef.
Sur une échelle de 1 à 5, de très faible à très élevée, les raisons qui motivent le sourcing en Chine sont, sans surprise, la réduction des coûts (4,7), la volonté de suivre les concurrents pour rester compétitifs (3,7) ou le développement des ventes dans le pays (3,4) ; avec une note de 3,3, l’approvisionnement local pour les besoins de l’activité chinoise arrive au quatrième rang.

Publié le 27/05/2005 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play