Publicité

Actualité

Publié le 24/06/2005 - Par la rédaction

L’e-sourcing : un outil à mettre entre de bonnes mains

À l’invitation de BravoSolution et en collaboration avec La Lettre des Achats, quatre fournisseurs ont récemment dressé leur bilan de l’e-sourcing devant un parterre d’acheteurs.

Caractérisés par des activités très différentes, Neuf Telecom, ATSG, Lyreco et Vandeputte Safety se sont accordé à donner un satisfecit global à l’e-sourcing. Après des débuts délicats, l’outil est bien maîtrisé mais l’inquiétude d’une dégradation des relations commerciales demeure. Outil conçu pour des acheteurs, l’e-sourcing n’a pas fini de susciter la controverse du côté des fournisseurs. Parmi eux, quatre entreprises expérimentées en la matière ont toutes évoqué un premier contact pour le moins mitigé : « À nos yeux, l’e-sourcing suscitait autant de craintes qu’il ouvrait de nouvelles opportunités », a résumé Alain Lime, directeur de la division grandes entreprises de Neuf Telecom. Pour ATSG, une PME vendant des services de gardiennage, la perception de l’outil était nécessairement mauvaise, surtout à cause des enchères inversées : « La valeur ajoutée de nos services va à l’encontre de la recherche du plus bas coût. Nous craignions d’être poussés à pratiquer un véritable dumping. Or, les salaires représentent 70 % de nos tarifs », a expliqué sa directrice générale, Sylvie Marcade.

Arnoul de Vanssay, account manager de Vandeputte Safety (vêtements de protection et conseil en sécurité) craignait pour sa part « de ne pas pouvoir rester en phase avec le besoin final ». Formulaires trop formalistes rendant difficile la différenciation, risque de perdre un marché suite à des difficultés de connexion, déshumanisation de la relation commerciale… les fournisseurs invités à s’exprimer n’ont donc pas masqué leurs craintes.

Publié le 24/06/2005 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play