Publicité

Actualité

Publié le 03/06/2005 - Par la rédaction

Externalisation : des entreprises convaincues mais mesurées

Selon le dernier Baromètre Outsourcing d’Ernst & Young, l’externalisation se porte bien et se renforce même dans les entreprises où elle est déjà largement pratiquée. En revanche, dès qu’il va s’agir de toucher à leur cœur de métier, les entreprises préfèrent garder la main.

L’externalisation est entrée dans les mœurs : 96 % des 200 dirigeants interrogés savent ce que signifie ce terme et 65 % des entreprises sondées y ont recours (contre 62 % lors de la précédente enquête en 2003). Plus précisément, 72 % des sociétés de plus de 5 000 personnes l’utilisent, contre seulement 57 % de celles qui comptent moins de 1 000 employés, un chiffre qui constitue pour Ernst & Young un seuil décisif. Et quand elles ont testé l’externalisation, les entreprises y prennent goût : 83 % externalisent six fonctions et plus ; elles n’étaient que 27 % dans ce cas en 2003.
Sans changement majeur par rapport à 2003, les avantages de l’externalisation restent le coût (61 %), la flexibilité et la souplesse (36 %), une meilleure qualité (37 %) et l’inscription dans une stratégie d’organisation qui veut outsourcer les fonctions hors du cœur de métier (20 %). Les inconvénients restent les mêmes, avec la perte de contrôle (23 %), les problèmes sociaux (19 %), le coût trop élevé (18 %), le manque de réactivité (15 %), la mauvaise qualité (15 %), la perte de savoir-faire (15 %) et la dépendance (10 %).

Publié le 03/06/2005 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play