Publicité

Publié le 06/07/2020 - Par Guillaume Trécan

Benoît Avril (JC Decaux) : « protéger les intérêts de JCDecaux, c’est aussi éviter de voir disparaître des savoir-faire »

Le groupe JC Decaux, qui a subi de plein fouet le trou d’air du confinement dans les aéroports, les rues et les gares où il affiche, s’inquiète à présent pour ses fournisseurs parmi lesquels il compte un grand nombre de PME.

De quelle manière le confinement a-t-il impacté l'activité de JCDecaux ?

Du fait de la disparition de ses audiences dans les villes et les transports à la suite des décisions de confinement prises par de très nombreux pays dans le monde, notre activité s’est trouvée à l’arrêt pendant plusieurs semaines, à l’image de la France où nous n’avons pas pu afficher pendant huit semaines. La sortie du confinement amène une reprise de l’activité mais celle-ci est, partout, progressive à l’exception de la France qui connaît un redémarrage notable. L’année 2020 sera donc fortement impactée.


Quel a été l’impact de cette baisse d’activité sur vos fournisseurs ?

Les fournisseurs en Asie ont fermé à l’époque du Nouvel An chinois, mais, au lieu de reprendre comme attendu, il y a eu un échelonnement des reprises lors du déconfinement, certains fournisseurs ne rouvrant que 15 jours à un mois après et avec de façon partielle (de 50 % à 80 %). Depuis deux mois, la Chine a repris à 100 %. En Europe, les fournisseurs ont fermé précipitamment au moment du confinement, mais après quinze jours à un mois, une grande majorité d’entre eux a décidé de redémarrer. Les industriels français avec qui nous travaillons n'ont pas cessé leur activité pendant les deux mois de confinement. Ils ont continué à travailler sur leurs encours de commande. De notre côté, compte tenu de l’arrêt de notre activité, nous avons dû cesser de commander pendant deux mois. Les conséquences pour nos fournisseurs sont inévitables et seront visibles entre le deuxième semestre 2020 et le deuxième semestre 2021, soit dans les six à 18 prochains mois.


À quoi vous attendez-vous en termes d’activité et de commandes et pour les mois à venir ?

Nos fournisseurs ont quasiment épuisé leur carnet de commandes pré-Covid et ils commencent à nous alerter sur le fait que les carnets de commandes de la majorité de leurs clients sont en train de se vider. Je crains qu’à la prochaine étape les plus fragiles ne doivent prendre des mesures. Il risque d’y avoir des faillites de PME. Sachant que JCDecaux travaille avec une majorité de PME, nous avons mis en place un comité de suivi fournisseur qui se réunit deux fois par mois pour partager un maximum de remontées d'informations afin d’anticiper ce qui pourrait arriver à nos fournisseurs. Notre but n’est pas de nous désengager de la relation, mais au contraire d’étudier avec eux, au cas par cas, ce qu’il est possible de faire. Le maître mot, c'est anticiper et être proactif pour garder du capacitaire. Protéger les intérêts de JCDecaux, c’est aussi éviter de voir disparaître les savoir-faire dans telle ou telle catégorie d'achat et faire perdurer nos relations partenariales.

Publié le 06/07/2020 - Par Guillaume Trécan

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°296 - Septembre 2020

Le catalogue

Le catalogue Silex

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play