Publicité

Publié le 07/09/2017 - Par la rédaction

Univ’AirPlus : un gisement de données dans les voyages

Le colloque organisé par AirPlus le 5 septembre a donné l’occasion aux acteurs du marché de présenter leurs projets en termes d’intelligence artificielle. Des projets orientés expérience client qui vont générer de nouvelles masses de données exploitables aussi par les travel managers.

Désormais les algorithmes s’insinuent partout, notamment pour automatiser le traitement des masses de données et les rendre intelligentes. Le spécialiste de la gestion des dépenses de déplacements professionnels AirPlus, qui tenait son colloque Univ’AirPlus 2017, le 5 septembre à Paris, a fourni des exemples de ce que l’intelligence artificielle peut apporter aux voyages d’affaires, à travers la présentation de cinq startups. Parmi leurs produits, on pouvait trouver un assistant virtuel de relation client capable de répondre aux questions des voyageurs on line 24h/24 et 7/7 (Destygo) ; un système de gestion de notes de frais (Xpenditure) ; un assistant virtuel pour aider à la gestion d’agendas (Julie Desk) ; une solution d’échange et de gestion de devises (Kantox) et un outil décisionnel achats rassemblant suivi du pipeline de négociations, mesure des économies générées, gestion des contrats d’achats et relation avec les fournisseurs (Per Angusta).

Avec une écrasante majorité de 52 % des suffrages, c’est Per Angusta, la seule solution du lot destinée plus particulièrement aux acheteurs, qui a été désignée startup la plus innovante par le public. Un triomphe que le fondateur de la société, Pierre Laprée, a accueilli avec une grande satisfaction, tout en suggérant modestement qu’il pouvait s’expliquer par la forte présence d’acheteurs parmi les participants à cette journée. Toujours est-il qu’avec ses travaux en cours sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’analyse des dépenses pour déterminer automatiquement des nouvelles opportunités pour les acheteurs, il contribue à leur donner des arguments dans leur négociation avec les acteurs du marché.

Des acteurs du marché des voyages et déplacements professionnels qui étaient très largement représentés lors des tables-rondes de cette journée et qui ont pu expliquer comment ils entendent exploiter les possibilités offertes par l’intelligence artificielle. Mais, conscients des peurs qu’éveille ce thème dans l’inconscient collectif, la plupart se sont efforcés de minimiser l’importance de ces avancées technologiques. A l’image du directeur général France d’Airbnb, Emmanuel Marill, qui s’est appliqué à défendre le fait qu’« Airbnb n’est pas une entreprise de technologie ». « Aibnb est une entreprise dont la technologie est basée sur l’ergonomie. Une entreprise qui connecte des voyageurs et des hôtes on line pour faire de la relation off line. » Ainsi, si le site de réservation d’hébergement de particulier à particulier travaille sur des développements technologiques dans le domaine de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, Emmanuel Marill a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas pour le groupe d’une priorité : « le plus important pour nous c’est d’arriver à créer de la confiance » a-t-il rappelé.

Publié le 07/09/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°263 - Septembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play