Publicité

Publié le 27/09/2017 - Par la rédaction

Super Informelles Handeco : les leaders de l’achat au STPA un peu seuls

Lors du colloque organisé à Saint-Denis le 27 septembre par l’association Handeco, plusieurs directeurs achats ont témoigné de leurs efforts pour accroître leurs achats aux Esat et EA… Des précurseurs qui n’ont pas été rejoints par beaucoup de confrères depuis qu’ils ont initié ces démarches il y a une dizaine d’années.

Orange, France Télécom, Bouygues Télécom, La Poste, la SNCF, Louis Vuitton, RATP… les directions achats invitées à témoigner sur leur politique d’achats auprès du secteur du travail protégé et adapté (STPA) par l’association Handeco pour sa manifestation annuelle Les Super informelles représentent des montants d’achats annuels conséquents. Pour l’hôte de cette manifestation qui se tenait dans un des campus de la SNCF à Saint-Denis, le directeur des achats du groupe ferroviaire, Stefan Bürkle, ce ne sont pas moins de 30 millions d’euros d’achats qui devraient être orientés vers des Esat ou des EA en 2020. Un objectif très ambitieux qui représente un doublement des 15 millions d’euros achetés en 2016 au STPA sur un total d’achats groupe de 16,4 milliards d’euros d’achats. Pourquoi pas, puisque cette enveloppe a déjà plus que doublé par rapport à son niveau de 2009 (7 millions d’euros).

 

Co-traitance et marchés réservés

Des résultats obtenus non sans efforts pour le service achats. Il lui aura ainsi fallu pas moins de 18 mois de travail pour attribuer le marché du nettoyage des gares et des locaux de Bretagne à un groupement momentané de quatre entreprises adaptées, via un appel d’offres réservé. Mais au bout du compte, les résultats sont là : 7,6 millions d’euros de chiffre d’affaires à se partager pour ces entreprises sur les cinq années de durée du contrat. Ce dossier n’est pas seulement emblématique par ses montants, mais aussi par sa forme mêlant pratique du marché réservé et co-traitance. « La co-traitance et la constitution de GMEA sont des leviers importants pour atteindre notre objectif de 30 millions d’euros en 2020 », confirme Martine Tucakovic, responsable achats solidaires à la SNCF.

Quant à la pratique consistant à réserver des marchés aux entreprises du STPA, elle a été désignée par les participants au dernier Baromètre Obsar ( voir La Lettre des Achats n°258) comme le deuxième levier privilégié (par 47 % des répondants) pour augmenter la part des achats au STPA, juste derrière le fait de sensibiliser les prescripteurs (62 %) et devant la formation des acheteurs (44 %).

Pour le directeur des achats du groupe France Télévision Olivier Debargue, le principal levier de croissance pour accroître ses achats au STPA viendra d’une recherche de diversification de son panel de fournisseurs Esat et EA. « Nous avons peut-être un peu asséché les opportunités sur les activités historiques. De nouvelles activités émergent et ce sont celles-là qui vont constituer un relais de croissance », constate-t-il en évoquant notamment le recours aux travailleurs indépendants handicapés, dont les prestations sont désormais comptabilisables en UB (unités bénéficiaires) qui permettent aux entreprises de s’acquitter de leurs obligations d’emploi de personnes en situation de handicap.

 

Sourcer des fournisseurs qui font mouche

Pour le directeur des achats du groupe audiovisuel public, faire décoller ses achats au STPA est également une question de méthode : « il faut revenir au métier d’acheteur, nous faisons d’abord du sourcing », rappelle-t-il. Chercher de bons prestataires dans le secteur, très en amont des consultations, afin de faire mouche lorsqu’un besoin correspondant à leur activité se présentera. « Il faut jouer des coups sûrs, faire de bons exemples pour convaincre du bien-fondé du recours au STPA », estime Olivier Debargue bien conscient du caractère rédhibitoire que peut revêtir un échec en la matière, compte tenu des réticences des prescripteurs.

Et force est de constater que si les achats au STPA progressent au sein de certaines directions achats exemplaires comme celles qui ont fondé l’association Pas@pas, partenaire d’Handeco pour sa plate-forme de sourcing, son annuaire et son outil de récupération des UB, UBizzz, ils demeurent une pratique rare au-delà de ces grands groupes. Un constat dressé par l’ancien directeur des achats et actuel directeur adjoint à la RSE du groupe La Poste, Antoine Doussaint qui confie sa déception face aux réactions recueillies l’an dernier lors d’une campagne de prospection auprès de 250 grandes et moyennes entreprises : « Nous avons été atterrés par le résultat et par la proportion de directeurs achats qui nous ont dit "je ne sais pas de quoi vous parlez". Les autres nous disant "oui ça me dit quelque chose mais contactez plutôt la DRH sur ce sujet" ». Autre « constat d’échec » pour Antoine Doussaint, dix ans après la fondation de Pas@pas, les PME et les TPE.

Un constat entendu par le directeur général de l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapés), Didier Eyssartier qui a annoncé que l’institution allait désormais apporter une offre de conseil directe aux TPE et PME pour les aider à mettre en œuvre des démarches visant à favoriser de manière directe ou indirecte l’emploi de personnes handicapées.

 

Publié le 27/09/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°266 - Décembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play