Publicité

Par la rédaction

Recrutement : vive la diversité des profils !

Les critères de recrutement des services achats commenceraient-ils à prendre quelques libertés avec les normes jusqu’ici en vigueur ? Certes le très prisé double diplômes master achats ingénieurs demeure toujours un must. Mais à la faveur d’une conjoncture porteuse sur le plan de l’emploi, certains directeurs achats élargissent leurs critères et affirment se focaliser plus sur les compétences que sur les diplômes. Surtout, ils recrutent des jeunes et espèrent par conséquent voir des profils à haut potentiel les rejoindre, à charge pour eux de les accompagner dans leur développement… voire, dans un premier temps, dans leur apprentissage des achats. C’est aussi un moyen pour certains de se garder d’une sorte de « formatage », qu’ils jugent incompatible avec les nouveaux impératifs de l’acheteur : chercher l’innovation, travailler en mode projet, digitaliser les achats. Pourtant piloter de tels objectifs requiert un minimum d’expérience et ne peut se concevoir sans une forte expertise en matière d’achats. Les jeunes acheteurs en restent en tout cas pour l’instant à l’obligation de se doter d’un master achats pour faire leurs premiers pas professionnels, voire pour consolider une mobilité interne qui leur a donné l’opportunité de transposer aux Achats les qualités de leur premier métier. Ce besoin de master achats est aussi ressenti par des professionnels un peu plus expérimentés qui assurent ne pas seulement y trouver un label, mais aussi des outils méthodologiques, des concepts, de la hauteur de vue, un réseau… Pour des profils d’ingénieurs, c’est aussi une plongée dans un point de vue plus commercial. Reste à acquérir les savoir-être que seule la pratique pourra réellement forger.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°272 - Juin 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play