Publicité

Livres

Actualité

Publié le 07/02/2018 - Par la rédaction

Livres achats Off 2017 : Webmarketing – Définir, mettre en pratique et optimiser sa stratégie digitale

C’est un très long titre pour un ouvrage mais c’est aussi un vrai pavé, une somme, « the » bible… Parue fin 2017, cette 3e édition, complétée, enrichie, s’adresse à tous les mordus du marketing digital, qu’ils soient vendeurs ou… acheteurs ! C’est le principe de Machiavel : en donnant des leçons aux Princes, il instruisait leurs sujets. A lire pour comprendre tous les ressorts de la digitalisation de nos activités et s’y adapter…

C’est un livre à mettre absolument dans toutes les mains. Il pèse son poids (800 pages) ou plutôt son pesant d’or. Il s’adresse à tous les travailleurs du web, en particulier ceux qui ont fait du digital leur quotidien et qui doivent optimiser leur stratégie digitale. Mais pas uniquement. Il s’adressera également à toutes celles et tous ceux qui s’interrogent sur les bonnes stratégies, les outils efficaces pour digitaliser leurs activités et transformer leurs vitrines sur internet en canal de vente. Ah, ces fameux tunnels de conversion ou comment faire des visiteurs d’un site, des clients ! Par extension, il aura tous ceux qui vont devoir accompagner leurs entreprises vers ce nouveau monde numérique. Il faudra apprendre à dialoguer avec de nouveaux fournisseurs, issus d’un monde nouveau, aux techniques souvent (très) ésotériques, startups ou « experts » en communication reconvertis dans le big data. Gare aux à-peu-près ou aux charlatans !



Une vue exhaustive

Ce livre va du général (la montée en puissance du monde digital sous l’impulsion des GAFAM[1] , révolution sociétale et technologique à la fois) au particulier de façon très progressive mais avec une vue exhaustive de toutes les facettes de cette révolution en autant de chapitres et de sous-chapitres (entre parenthèses) : Intégrer internet à sa stratégie d’entreprise (le commerce mobile, le commerce social, les TPE/PME en pointe en matière d’achat sur internet, le catalogue papier en première étape, le prix en tête des critères d’achat, etc.), Disposer d’une stratégie de communication adaptée (les 4 P du marketing : Produit-Prix-Place-Promotion, la management multi-canal, etc.), Les métiers du digital (des métiers aux frontières floues), Les leviers d’acquisition (stratégies d’Inbound marketing, le référencement, l’algorithme Google, les fondamentaux du SEO, etc.), La stratégie Social Média (ascension fulgurante, l’e-réputation, être internaute « minded », etc.), E-CRM et Automation marketing (e-relation client, l’e-CRM, le clic to chat, le m-couponing, intelligence client et Datamining, etc.). Sans oublier tous les ressorts de la publicité sur le web : search adds, display, social media advertising, le native advertising, les marketplaces, le dropshipping. Et pour citer encore une autre partie : les tableaux de bords. Ne pas oublier les tableaux de bords ! Faire, mesurer, expliquer, corriger. Et le fin du fin : l’UX ! L’expérience utilisateur. Cette science de l’ergonomie, tout ce « flat » design, cet art du contenu qui l’air de rien guide le visiteur vers les sommets de la consommation (heureuse) en ligne.

Toute cette science du BtoC gagne les rives du BtoB. Les chiffres compilés par les auteurs du livre sont impressionnants.  En 2017, les plus grosses valorisations boursières sont digitales (dans l’ordre, Apple, Google, Microsoft, Facebook). Ces entreprises ont remplacé Petrochina, Exxon Mobil, General Electric, China Mobil Industrial, Commerce Bank of China qui eux dominaient dix ans plus tôt, en 2007. Les Gafam pèseraient l’équivalent de 2 000 milliards de capitalisation boursière, plus que… le CAC 40, environ 1 500 milliards d’euros dont le Top 5 (Total, LVMH, Sanofi, L’Oréal, BNP) apparait comme réchappé de… l’ancien monde. A nuancer bien sûr ! Restons en France : au 1er janvier 2017, on dénombrait près de 200 000 sites marchands actifs (+12% en un an). Dix ans plus tôt, il y en avait dix fois moins. Entre 2015 et 2016, la hausse du chiffre d’affaires du e-commerce a été de 14%. Il est passé de 65 milliards à 72 milliards et devrait atteindre plus de 80 milliards en 2017. Une croissance à deux chiffres à comparer au taux de croissance du pays (moins de 2%) et surtout 15 à 20 fois supérieures à la croissance du commerce physique.

BtoB plus longtemps atone

Enfin, ce qui interpelle maintenant, c’est la comparaison avec le BtoB. Un marché que l’on pourrait qualifier d’atone, sinon en volume au moins en pourcentage de progression. Le taux d'adoption semble moins rapide en proportion. Qui fait de la résistance ? Les organisations ? Les utilisateurs ? Les… prestataires dont les outils pêcheraient encore beaucoup en termes d’ergonomie ? L’arrivée ou plutôt la montée en puissance d'Amazon Business en Europe va-t-elle changer la donne ? En tout cas, le très sérieux Gartner Group annonce d’ores et déjà le basculement d’une part des achats indirects des entreprises vers ces plateformes nées du BtoC. La révolution digitale a débuté il y a tout juste 25 ans. Elle est encore très jeune. Notre commerce n’a pas fini de muter. Une précision encore : Webmarketing est vendu en version papier et numérique.

 

 

 

 

 

1 Webmarketing – Définir, mettre en pratique et optimiser sa stratégie digitale, par Guillaume Eouzan, Charlotte Michalon, Kévin Bridier, Arnaud Guissani, Jérémie Dupuis, éditions ENI.



[1] Gafam : Google Apple Facebook Amazon Microsoft

Publié le 07/02/2018 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°273 - Juillet - Août 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play