Publicité

E-achat

Actualité

Publié le 05/07/2017 - Par la rédaction

Ivalua : Gérard Dahan quitte l’éditeur français

L’annonce à la société a été faite le 4 juillet. Gérard Dahan, directeur EMEA d’Ivalua quittera ses fonctions officiellement fin septembre. Destination… inconnue. Pour le moment. Le dirigeant français a un devoir de réserve jusqu’à cette échéance. C’est sans doute un choc pour les équipes Ivalua qu’il avait rejointes il y a près de 7 ans, en provenance de Bravosolution et avant cela d’Ariba.

Ivalua a franchi le cap des 32 millions  d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et devrait atteindre sous peu le cap des 50 millions d’euros. Mais ce sera sans Gérard Dahan qui a décidé de quitter l’éditeur basé à la fois en France (Orsay) et en Californie (Redwood city). Un 4 juillet, jour de l’indépendance américaine. Un symbole ? Son CEO, David Khuat-Duy mesure sans doute aujourd’hui la perte d’un manager reconnu mais peut reconnaître dans le même temps le pas que celui-ci a fait franchir à l’entreprise : vision internationale, positionnement très grands compte, lobbying Gartner (et autres) intensif, développement d’un réseau d’intégrateurs, en Europe comme aux US (KPMG, PWC, CGI, Shelby, Flucticiel, Accenture, Deloitte, Capita, KValue, Optibuy, OJC Conseil, CKS, Numen ou encore Axys Consultants, etc.), un sens inné du marketing client dont les aspects les plus visibles (Ivalua on air à Paris ou Ivaluanow à New York) ne fait pas oublier non plus le soin mis à la direction des équipes, quels que soient les missions (développeurs, commerciaux, communicants).

Mais cette entreprise a du talent (ses dirigeants, le duo David Khuat-Duy et Daniel Amzallag, ses managers, ses équipes techniques, etc.), des fonds avec cette levée récente (70 millions de dollars via KKR), des clients solides (Sagemcom, Crédit Agricole, BPCE, Covea, EDF, Ingenico, Bouygues Immobilier mais aussi bien sûr New York City, La référence US, pardon à tous ceux que nous ne citerons pas ici). L’aventure va se poursuivre. Justement l’opération Talend destinée à recruter une centaine de collaborateurs supplémentaires va devoir maintenant rajouter un (ou plusieurs) fauteuils pour combler les missions que laisse Gérard Dahan. Qui pour le remplacer ? Le mercato e-achats est lancé… Réponse très vite ?

Il reste aujourd’hui à spéculer sur les raisons de ce départ. Envi d’un nouveau challenge ? D’une localisation internationale ? Le poids possible à terme de nouveaux actionnaires plus US qu’européens ? A ce stade, tout serait vrai ou… faux. La destination maintenant. Prenons (nous aussi !) des risques. Deux possibles : Tradeshift (avec quelques anciens d’Ariba, ca peut créer des liens, un siège transféré de l’Europe vers les US pour rappeler là aussi une autre démarche) ou.. Zycus (animé par des anciens… d’Ivalua en Europe et pour réussir une implantation worldwide qui pour le moment n’a pas encore fonctionné…). Coupa ? Comment se faire une place dans une entreprise en pleine ascension ? SAP Ariba ? Retour aux sources mais dans une entreprise elle aussi très structurée ? Difficile à croire. Alors… Filons la métaphore sportive (pour les amateurs de F1) : on ne peut quitter McLaren que pour Ferrari et pour un titre de plus. Ou cinématographique en citant Vittorio Gassman sur le choix de ses rôles : “Etre César ou… rien”. Les feux de la rampe sont à ce prix. A suivre. Toujours à suivre...


Publié le 05/07/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°263 - Septembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play