Publicité

Par la rédaction

Investissements : acheter l’usage, pas l’objet

L’achat d’usage séduit de plus en de directions achats. Il permet de libérer des capitaux pour financer la croissance ; de variabiliser et réduire les coûts d’usage pour des équipements liés à des activités irrégulières ; de déléguer à un partenaire la responsabilité de la maintenance et de sa mise à jour en termes d’innovation ; et si l’achat est bien fait, de bénéficier de services supplémentaires. Mais, comme toute initiative d’externalisation, instaurer un achat d’usage avec un fournisseur implique des relations partenariales. Peu de fournisseurs sont encore demandeurs de ce type de contrats et les directeurs achats qui souhaitent les mettre en place doivent procéder en co-construisant ce modèle et en procédant très progressivement pour s’assurer que les résultats seront à la hauteur de leurs attentes. Basculer vers un modèle de service demande une grande confiance et une grande proximité. Pour les fournisseurs le jeu peut en valoir la chandelle, puisque ce modèle est la promesse de revenus récurrents, voire de créer de la valeur supplémentaire en poussant la logique jusqu’à prendre en charge la revalorisation de l’actif en fin de contrat et basculer dans l’économie circulaire.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°282 - Mai 2019

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play